Accéder au contenu principal
France

«Nuit debout»: la question des syndicats divise avant une nouvelle manifestation

Les militants de «Nuit debout» ont bravé un froid hivernal, avant une grande journée de mobilisation le 28 avril 2016. Ici, le 20 avril pendant l'assemblée générale du mouvement.
Les militants de «Nuit debout» ont bravé un froid hivernal, avant une grande journée de mobilisation le 28 avril 2016. Ici, le 20 avril pendant l'assemblée générale du mouvement. REUTERS/Jacky Naegelen
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Nouvelle journée de manifestation ce jeudi 28 avril contre le projet de réforme du travail. C'était à la suite de la dernière manifestation, le 31 mars, que le mouvement « Nuit debout » était né. Reportage sur la place de la République à Paris, où les militants se trouvent toujours pour voir comment ils se préparent à cette nouvelle journée de mobilisation.

Publicité

On bat le rappel des troupes à « Nuit debout », à la veille d’une nouvelle journée de manifestation. Au menu de l’assemblée générale ce mercredi soir, une question épineuse pour le mouvement : « Il y a une polémique sur l’invitation ou non des syndicats demain, explique une sympathisante du mouvement. Moi je suis plutôt pour qu’ils viennent s’exprimer, mais il y a pas mal de gens qui seraient contre. »

Accepter ou non la présence des syndicats, la réponse ne sera pas donnée, mais les participants à « Nuit debout » ont tout de même prévu quelque chose. « On appelle vraiment à venir en nombre juste après la manif pour pouvoir faire pression si jamais on nous refuse l’entrée sur la place », lance un militant au micro.

Vers une nuit entière debout ?

Il y a une polémique sur l’invitation ou non des syndicats

Sur la place de la République

L’appel est lancé pour rester véritablement place de la République au lieu de rentrer toutes les nuits, quitte à entrer dans un bras de fer avec les forces de l’ordre. Mais l’idée ne convainc pas tout le monde. « C’est vrai qu’on changerait d’optique, s’interroge un jeune homme. Là j’ai l’impression qu’il y a une optique plutôt de proposer des idées et obtenir un changement sur le moyen ou le long terme. S’il y a une volonté de rester et de faire front face aux CRS et même par la force, je ne suis pas convaincu que ce soit la bonne stratégie. »

Sous la pluie, ils étaient une centaine à en débattre et, quoi qu’il arrive, tous iront manifester ce jeudi après-midi.

→ A (RE)ECOUTER : Comprendre « Nuit debout » avec l'Atelier des médias

En attendant, le projet de loi El Khomri arrivera la semaine prochaine en débat à l'Assemblée nationale, où chaque camp garde sa position.

Quand on est parlementaire, on veut aussi donner sa chance au débat.

A l'Assemblée nationale

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.