Accéder au contenu principal
France

France: El Khomri défend sa loi Travail devant les députés

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, à l'Assemblée nationale, le 3 mai 2016.
La ministre du Travail, Myriam El Khomri, à l'Assemblée nationale, le 3 mai 2016. REUTERS/Philippe Wojazer
Texte par : RFI Suivre
8 mn

Le projet controversé de loi Travail a entamé mardi son marathon parlementaire à l'Assemblée nationale. Devant les députés, Myriam El Khomri, a dit vouloir faire « du bien » au pays, avec un projet « de progrès », « juste et nécessaire ». La ministre du Travail affiche son optimisme pour tenter de faire passer le texte de loi sur la réforme du Code du travail, malgré la grogne accumulée contre ce projet de loi. La bataille parlementaire ne fait que commencer.

Publicité

Myriam El Khomri est monté en première ligne cet après-midi. Interpellée lors des questions au gouvernement elle a défendu son projet de loi dans l’hémicycle. « C'est un texte équilibré, nous n’envoyons pas les salariés dans la gueule du loup patronal », a-t-elle lancé à ses adversaires.

Tout à l’heure, le texte a passé une première épreuve. Sans surprise, une motion de rejet défendu par la droite a été rejetée, mais la bataille s’annonce longue. 5 000 amendements sont déposés et pour l’instant la majorité n’est pas encore acquise pour adopter cette loi.

La droite dénonce une coquille vide, les écologistes et les communistes devraient voter contre. Les frondeurs socialistes réclament le retrait pur et simple de plusieurs mesures. Il faut donc convaincre les députés PS qui traînent des pieds. Les élus qui défendent le projet sont persuadés qu’un compromis sera trouvé, même si la menace du 49-3 pèse toujours. L’exécutif joue la carte de l’apaisement, du dialogue, et cela pourrait porter ses fruits auprès de certains socialistes « prêts à discuter ».

Myriam El Khomri face à une Assemblée hostile - reportage

Le vote solennel est prévu le 17 mai. Prochaine étape au Sénat où la majorité de droite devrait ajouter son grain de sel dans cette bataille.

François Hollande défend un texte de « progrès »

François Hollande a défendu mardi comme « un texte de progrès » le projet de loi travail de sa ministre. « C'est un compromis dynamique et juste comme tout ce que nous avons fait depuis 2012 », a déclaré le chef de l'Etat dans un discours lors du colloque « La gauche et le pouvoir ».

Pour les entreprises, ce texte « va procurer lisibilité et adaptation. Elles en ont besoin et notamment pour embaucher », a argumenté le président. Concernant les salariés, « ils vont pouvoir disposer à travers leurs organisations syndicales d'une capacité accrue d'agir dans le cadre de la négociation collective ».

Les réactions syndicales

Un grand rassemblement a eu lieu sur l'Esplande des Invalides près du Palais Bourbon à la mi-journée à l'appel de la CFE-CGC, syndicat réformiste, et des syndicats contestataires (CGT, FO, FSU et Solidaires), accompagnés de représentants des étudiants et lycéens. D'un côté, des syndicats contestataires  appellent les travailleurs à rester mobilisés jusqu'au retrait définitif du projet de loi.

Il faut un texte qui garantisse les droits pour les salariés

La FSU reste mobilisée

De l'autre, la CFE-CGC se montre plus conciliatrice et demande une modification de certains points.

Le syndicat CFE-CGC demande une modification du texte

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.