France

France: mort d'André Rousselet, fondateur de Canal+

André Rousselet, fondateur de la chaîne Canal+, à Paris, le 2 octobre 1984
André Rousselet, fondateur de la chaîne Canal+, à Paris, le 2 octobre 1984 MICHEL CLEMENT / AFP

André Rousselet est mort dimanche 29 mai à son domicile parisien à l'âge de 93 ans. Fondateur de la chaîne de télévision française Canal+ et propriétaire du groupe de taxis G7, André Rousselet était un intime de l'ancien président François Mitterrand.

Publicité

Le front haut, le visage ovale, le regard perçant, André Rousselet dégageait à la fois de l'autorité et de l'humour. Ce personnage discret a fini par rédiger ses mémoires à plus de 90 ans - sous le titre A mi-parcours.

André Rousselet était avant tout un homme de pouvoir et d'influence. Pourtant, rien ne prédestine ce fils d'un haut-magistrat catholique, né en 1922 à Nancy dans l'est de la France, à s'investir dans la politique aux côtés de l'ex-président François Mitterrand. Une profonde amitié lie les deux hommes, jusqu'à en devenir l'exécuteur testamentaire.

Un proche de François Mitterrand

Entre les deux hommes, c'est l'histoire d'un long compagnonnage marqué par un vrai mélange des genres entre politique et affaires. Tout commence en 1950. François Mitterrand est alors ministre des Outre-mer lorsqu'il rencontre le jeune sous-préfet de Point-à-Pitre. Le début d'une amitié de toute une vie.

Il deviendra le chef de cabinet quelques années plus tard au ministère de l'Intérieur. Et sera ensuite le trésorier et l'organisateur de toutes les campagnes présidentielles de Mitterrand, jusqu'à la victoire en 1981, où il devient son directeur de cabinet avant d'être bombardé à la tête de Havas.

L'homme d'affaires, propriétaire de la compagnie de taxis G7, bénéficiera de petits coups de pouce présidentiel. En 1982, par exemple, le carburant sera détaxé pour les taxis.

L'aventure Canal +

Deux ans plus tard c'est l'aventure Canal+ qui débute. Le 4 novembre 1984, la première chaîne payante française voit le jour. Appuyé par François Mitterrand bien sûr. Elle restera une des plus belles réussites d'André Rousselet. En moins de dix ans, il crée un groupe audiovisuel international envié et très rentable.

En 1994, il est éjecté de Canal+. Pour André Rousselet, le coupable est tout trouvé: il s'agit d'Edouard Balladur, le Premier ministre. Dans le journal Le Monde, il publie une tribune au vitriol titré : « Edouard m'a tuer » en référence au célèbre fait divers « Omar m'a tuer ».

Sans oublier que cet homme aux talents multiples investit dans l'art et contribue également à la création d'une marque de chaussures anglaises.

C’était un homme extrêmement éclectique dans ses approches, dans ses goûts et de grande culture. (…) C’était quelqu’un aux mille facettes, aux mille talents.

Philippe Bailly

« André Rousselet a fait de sa vie une grande aventure »

Sa mort a suscité de nombreuses réactions dans le monde politico-médiatique.

Le président François Hollande a rendu hommage dans un communiqué à André Rousselet : « André Rousselet était un homme de fidélité. Il avait suivi et servi François Mitterrand », écrit François Hollande dans un communiqué transmis par l'Élysée . « Il était un des rares à pouvoir s'enorgueillir de son amitié ».

« André Rousselet a fait de sa vie une grande aventure. Jeune sous-préfet appelé à une carrière brillante, il avait préféré créer une entreprise de taxis, la G7, qui devint vite leader sur son marché. Puis, il eut l'intuition de la place d'une chaîne cryptée dans le paysage audiovisuel français et mena avec persévérance le projet que devint Canal+. Cette invention bouleversa l'économie du sport et du cinéma », souligne le président Hollande, dans le communiqué. 

Pour sa part, le Premier ministre français Manuel Valls a rendu hommage dans un tweet à André Rousselet : « Fondateur d'une nouvelle chaîne libre et impertinente, Canal +, André Rousselet était un entrepreneur de gauche, un innovateur hors pair », a écrit le Premier ministre sur le réseau social.

L'ancien ministre socialiste de l'Education nationale et de la Culture Jack Lang a salué « l'intelligence d'André Rousselet. Sans sa combativité Canal+ n'existerait pas », a-t-il déclaré. 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail