France

Emmanuel Macron n'est ni Coluche, ni Brutus, ni candidat à la présidence en 2017

Le ministre français Emmanuel Macron, le 8 juin 2016.
Le ministre français Emmanuel Macron, le 8 juin 2016.

Si l'on comprend bien le sens de son intervention de ce vendredi 17 juin sur la radio RTL, le ministre français de l'Economie ne sera pas candidat à la présidentielle de 2017. Depuis des mois, Emmanuel Macron faisait en sorte d'entretenir le suspense. Il a fini par couper court aux rumeurs.

Publicité

Cette fois-ci, Emmanuel Macron n'a pas tourné autour du pot : « Est-ce que je suis candidat à la présidence de la République française aujourd'hui ? Non ! » « Aujourd'hui », Emmanuel Macron n'est donc pas candidat et veut rester ministre.

Depuis le mois d'avril, le jeune ministre a multiplié les initiatives, notamment avec la création d'un nouveau mouvement politique baptisé En Marche. Avec ces initiatives, et son occupation récurrente de la scène médiatique, il est devenu en quelques semaines le « chouchou » des sondages.

Mais récemment, « l'étoile » Macron avait terni, après quelques déclarations mal venues. « La meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler », a-t-il par exemple lancé à quelqu'un qui l'interpellait lors d'un déplacement. Les révélations sur son patrimoine, le fait qu'il devait payer l'impôt sur la fortune, n'ont rien arrangé.

Sa cote de popularité a alors chuté. Est-ce en raison de ces vents mauvais que le ministre a jugé plus prudent de calmer, pour le moment, les rumeurs ? Quand il poursuit son propos, on sent bien qu'Emmanuel Macron n'a pas perdu définitivement ses ambitions :

« La présidence de la République, dit-il, ce n'est pas une course d'égos. Nos concitoyens veulent savoir s'il y a des responsables politiques qui sont capables de régler leurs problèmes, et ils veulent comprendre quelle est leur vision pour le pays. J'ai rejoint la vie politique française pour faire ça. »

Pour faire ça, et pas pour jouer contre François Hollande. « Les questions du microcosme, pour savoir si je suis Colluche, Brutus, que sais-je, ce sont vos questions », dit Emmanuel Macron, citant ainsi Coluche, un candidat éphémère, et Brutus, un traître.

Ces comparaisons ayant été exprimées jusque dans son camp politique, Emmanuel Macron a dû sentir qu'une clarification était nécessaire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail