France

France: le musée du quai Branly devient le musée Jacques-Chirac

De gauche à droite : La ministre de la Culture Audrey Azoulay, le président Hollande, Bernadette Chirac, Martin Rey-Chirac, son petit-fils, Claude Chirac sa fille et François Pinault étaient présents lors de l'inauguration.
De gauche à droite : La ministre de la Culture Audrey Azoulay, le président Hollande, Bernadette Chirac, Martin Rey-Chirac, son petit-fils, Claude Chirac sa fille et François Pinault étaient présents lors de l'inauguration. REUTERS/Jacky Naegelen

Un président qui donne son nom de son vivant à un musée, c'est la première fois que cela arrive. C'était lundi 20 juin, à l'occasion des dix ans du musée des civilisations du quai Branly à Paris, désormais dédié à l'ancien président Jacques Chirac. Hommage en l'absence de l'intéressé, dont l'état de santé précaire rend les apparitions publiques rarissimes. Hommage à l'homme, hommage aussi à sa filiation politique.

Publicité

Hommage aux résonances intimes. Le petit-fils de Jacques, Martin Chirac, tout juste 20 ans, chemise blanche sur larges épaules s'est exprimé avec des mots parfois hésitants.

« Mon grand-père ne s'occupait guère de mes devoirs, mais pour lui, il fallait m'initier à l'essentiel. Notre rendez-vous était ici. Le quai Branly est une histoire de famille à laquelle nous accordons tous énormément d'importance », a-t-il déclaré.

Toute la famille élargie, « la chiraquie », a fait le déplacement. Au premier rang, Alain Juppé, « le meilleur d'entre nous » disait Jacques Chirac. Le candidat à la primaire goûte le moment, s'attarde avec les proches sous les flashs des photographes. Plusieurs rangs derrière, François Baroin joue l'indifférence. Leur poignée de main sera presque furtive, voire glaciale. Ce dernier est l'allié de Nicolas Sarkozy, le rival d'Alain Juppé à la primaire à droite. 

François Hollande s'inscrit dans les pas de Jacques Chirac

Lui aussi a été adoubé, Jacques Chirac avait dit voter pour lui en 2012. « Jacques Chirac, parce qu'il aime la France, a toujours été attiré par les civilisations étrangères, par les autres peuples. C'est profondément cela qui caractérise notre pays. Pour être aimé, il faut aimer les autres », a déclaré le chef de l'Etat.

Candidat subliminal, François Hollande aujourd'hui se souvient. Candidat déclaré en 2011, tenu pour quantité négligeable, il avait eu cette phrase « en politique, à la fin, ceux qui l'emportent, ce sont toujours les aimables ».

C'est un hommage au fondateur de ce musée, puisque si le musée du quai Branly existe, c'est par la volonté de Jacques Chirac

Hommage

Archives RFI: Le 20 juin 2006 Jacques Chirac a inauguré « son » musée 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail