Accéder au contenu principal
France

France: recrudescence des actes racistes après les attentats

Le célèbre logo de l'ONG française SOS Racisme, lors d'une manifestation à Paris, le 11 octobre 2015.
Le célèbre logo de l'ONG française SOS Racisme, lors d'une manifestation à Paris, le 11 octobre 2015. AFP PHOTO / JOEL SAGET
Texte par : RFI Suivre
2 mn

De plus en plus d'actes racistes sont répertoriés en France depuis les attentats de juillet. C'est le constat inquiétant dressé par l'association SOS Racisme. En 2015, les actes anti-musulmans avaient augmenté de 223%. Au lendemain des attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray, cela semble être toujours le cas.

Publicité

Le téléphone sonne deux fois plus que d'habitude cet été dans la permanence parisienne de SOS Racisme. Au bout du fil, les victimes racontent leur histoire. Agression, discrimination à l'embauche, insultes... Les exemples sont de plus en plus nombreux, comme l'explique Marina Belliard qui s'occupe des procédures judiciaires au sein de l'association.

« On a eu le cas d'un père de famille septuagénaire qui a été violenté. L'auteur des coups lui a proféré des injures raciales faisant référence à l'égorgement, sachant que l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray avait eu lieu la veille », rapporte-t-elle.

Pour l'association, ce regain d'actes racistes est une conséquence directe des attentats. Selon Dominique Sopo, le président de SOS Racisme, c'est d'ailleurs la stratégie du groupe Etat islamique.

« Daech, à travers ces attentats, poursuit un but explicite qui d'ailleurs est très clairement exprimé chez ses théoriciens, dans ses publications, qui est de faire en sorte qu'il y ait des ruptures irrémédiables entre les populations non musulmanes et les populations musulmanes, explique-t-il. Pour augmenter l'emprise sur ces populations, il faut qu'elles soient marginalisées et stigmatisées dans les sociétés européennes, qui sont des sociétés honnies par Daech. »

L'année dernière, les actes de violences envers les musulmans avaient plus que doublé. Le nombre de menaces verbales avait explosé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.