Accéder au contenu principal
France

Procès Cahuzac: François Reyl évoque les «dilemmes du banquier suisse»

L'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, le 8 février 2016 devant le tribunal correctionnel de Paris.
L'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, le 8 février 2016 devant le tribunal correctionnel de Paris. REUTERS/Charles Platiau
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, est jugé depuis lundi 5 septembre pour fraude et blanchiment, au côté de son ex-épouse, pour son compte caché à l'étranger. Ce jeudi 8 septembre, le banquier François Reyl est venu témoigner. Jugé pour le blanchiment des avoirs de l’ancien ministre du Budget, il a affirmé ne s'être jamais occupé des comptes de l'ex-ministre du Budget et a évoqué « le dilemme du banquier suisse », entre morale et légalité.

Publicité

Avec notre envoyé spécial au palais de justice de Paris, Franck Alexandre

Ce jeudi 8 septembre, François Reyl, le directeur de la banque genevoise du même nom, hébergeant le compte Cahuzac, s’est présenté à la barre. Le banquier, tiré à quatre épingles, garde un goût amer de ce client qui lui a fait « la pire des publicités ».

Selon lui, « Jérôme Cahuzac était un client standard qui a bénéficié d’une gestion standard ». À la Banque Reyl, il était tout de même identifié comme un « PEP », une personne politiquement exposée. Il s’agit de clients potentiellement à risque pour lesquels « il faut vérifier que leurs avoirs ne sont pas le fruit de la corruption », explique-t-il.

Pour François Reyl, toute cette affaire repose sur « l'insupportable dilemme du banquier suisse », tiraillé « entre la législation suisse » qui ne punit pas la fraude fiscale et « l'exigence morale » de transparence.

Le banquier décrit Jérôme Cahuzac comme « un client discret qui, au cours des années 2000, n’a fait que deux retraits pour payer des vacances aux Seychelles à sa femme qu’il souhaite, précise-t-il, reconquérir ».

Mais en 2009, Jérôme Cahuzac prend peur. Le secret bancaire suisse est en péril et l’ancien ministre du Budget demande alors à sa banque des solutions pour garantir une plus grande discrétion de ses avoirs. Ces derniers prendront finalement la route de Singapour, le tout protégé par une société-écran panaméenne.

Qui a eu l'initiative de cette évasion fiscale vers Singapour ? Jérôme Cahuzac et son ancien banquier suisse se sont renvoyé jeudi la responsabilité du transfert des avoirs de l'ancien ministre du Budget via des sociétés offshore.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.