Accéder au contenu principal
France

France: le casse-tête du relogement des migrants de Calais

Calais, le 12 août 2016. Des migrants font la queue dans une petite alimentation de fortune.
Calais, le 12 août 2016. Des migrants font la queue dans une petite alimentation de fortune. PHILIPPE HUGUEN / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Quel relogement pour les migrants de Calais ? Le démantèlement de la jungle a été confirmé par Bernard Cazeneuve il y a dix jours. Mais le Premier ministre l'a affirmé : pas de démantèlement sans relogement. Le journal Le Figaro a dévoilé ce mardi matin le plan de répartition des migrants. Il faudra créer près de 8 000 places d'hébergements d'ici la fin de l'année.

Publicité

Le travail est énorme : 8 200 places doivent être créées dans les centres d'accueil et d'orientation (CAO). Pour cela, chaque région devra faire des efforts. En Nouvelle-Aquitaine, dans le Sud-Ouest, il faut réaliser 989 places, 1 405 en région Auvergne Rhônes-Alpes.

Ces futurs CAO pourront accueillir entre 100 et 300 réfugiés qui pourront y séjourner jusqu'à 6 mois. Mais, premier problème, l'accueil fait débat. De nombreuses communes françaises ne veulent pas de migrants sur leur sol.

On l'a vu dans l'Essonne la semaine dernière : un centre d'accueil a été incendié dans la petite ville de Forges-les-Bains.

Evaluation

Deuxième problème : une grande majorité des migrants vivant dans la Jungle souhaitent rejoindre l'Angleterre. Même si dans ces centres, la situation de chaque migrant sera évaluée, il sera difficile de les empêcher de retourner à Calais pour tenter de traverser la Manche.

Des dispositifs d'aide au retour volontaire seront toutefois renforcés, indique le ministère de l'Intérieur. Quant aux expulsions de clandestins, elles ont baissé de 20% en six mois selon Le Figaro. L'état d'urgence lié aux attentats terroristes a changé les priorités.

Le débat fait rage à Bruniquel. Cette petite commune de 600 âmes s'apprête à accueillir 24 réfugiés en provenance de Calais. Alors que le projet est entièrement financé par l'Etat, certains administrés ont fait part de leur inquiétude au Maire divers gauche Michel Montet...

Plan hébergement: le débat fait rage à Bruniquel dans le Tarn-et-Garonne

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.