Accéder au contenu principal
France

L'islam compatible avec la République? Les militants du FN ont leur avis

Une supportrice de Marine Le Pen lors d'un meeting à Brachay, le 3 septembre dernier.
Une supportrice de Marine Le Pen lors d'un meeting à Brachay, le 3 septembre dernier. REUTERS/Gonzalo Fuentes
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le Front national réunit depuis samedi ses cadres et militants à Fréjus, dans le cadre des « Estivales de Marine Le Pen ». Le parti se met en ordre de marche pour la présidentielle. Temps fort du week-end, la candidate prononcera ce dimanche un long discours. Marine Le Pen tente ces dernières semaines de modérer ses propos, pour apparaître plus rassembleuse. Même si cela ne plaît pas toujours à la base du parti.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Fréjus,  Pierre Firtion

A la question « l'islam est-il compatible avec la République ? », la candidate frontiste avait répondu par l'affirmative la semaine dernière sur TF1. Une position plus modérée qu'à l'accoutumée, qui dérange visiblement une partie de la base frontiste. Comme Blandine, rapatriée d'Algérie en 1962, qui sur ce point assume clairement sa différence avec Marine Le Pen : « Elle dit ce qu'elle veut, elle, moi je dis ce que j'ai vécu. L'islam, c'est l'islam. De toute façon, d'un âne on ne peut pas faire un cheval de course. »

Un discours radical loin d'être isolé. Pour Christine, boulangère dans le Jura, les musulmans refuseraient de s'intégrer au sein de la société française : « Quand on voit qu'ils veulent imposer dans les cantines " pas de porc ", c'est comme l'huile et le vinaigre, on a beau les secouer, ça redeviendra toujours l'huile et le vinaigre, ça ne se mélangera pas. Moi, je pense que ce sont quand même des gens qui veulent s'imposer. »

Marie-Claude va quant à elle encore plus loin, en faisant ouvertement l'amalgame entre l'islam et islamisme : « Il y a des musulmans très bien, j'en connais. Mais l'islam, quand même, et ceux qui promeuvent l'islam, sont des gens dangereux. Ce sont des terroristes, ce sont des gens dangereux. » Des propos d'une rare violence, qui ne surprennent pas vraiment. Selon un sondage réalisé en décembre dernier, prêt des trois quarts des sympathisants frontistes considèrent que les musulmans ne sont pas des Français comme les autres.

→ À relire : Fréjus, cette ville administrée par l'homme qui dirigera la campagne de Le Pen

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.