Accéder au contenu principal
France

Guyane: la France face aux orpailleurs clandestins

Parc Amazonien de Guyane. Le Mont Itoupé.
Parc Amazonien de Guyane. Le Mont Itoupé. © Franck Leconte
5 mn

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, réalise actuellement un déplacement en Guyane, après avoir séjourné en Martinique et en Guadeloupe. Ce séjour, très attendu dans ce département de France en Amérique du Sud, va lui permettre d’aborder avec la population et les administrations toutes les questions de sécurité qui préoccupent aujourd’hui les Guyanais.

Publicité

Ce voyage, plusieurs fois reporté, compte tenu de l’actualité de ces derniers mois en métropole doit apporter des réponses aux principaux maux dont souffre le département. A savoir tout d'abord, la question de la violence, notamment urbaine en forte augmentation, Cayenne étant aujourd’hui proportionnellement plus dangereuse que Marseille avec un taux d’homicide qui préoccupe les autorités ; la question de la drogue avec principalement un important trafic de « mules », des personnes qui absorbent des boulettes de cocaïne pour les transporter en métropole. Mais aussi, la question de la pêche illégale pour lutter contre le pillage des ressources marines ; et enfin la question de l’orpaillage clandestin, extrêmement destructeur pour les hommes et l’environnement, qui est aussi un problème de sécurité du territoire avec des frontières perméables qui ne peuvent pas contenir un flux incessant d’orpailleurs en provenance du Brésil.

L’orpaillage par les « garimpeiros »

La Guyane n’en est pas à sa première fièvre de l’or, ni a sa première initiative de lutte contre les orpailleurs clandestins. Ce n’est pas non plus la première fois qu’un ministre se déplace pour annoncer une nouvelle stratégie de lutte pour endiguer ce problème complexe et récurrent.

(Re) voir notre webdocumentaire «Guyane: pour tout l'or de Maripasoula»

Dans les grandes lignes, la situation actuelle conjugue sur un même terrain la forêt guyanaise, plusieurs acteurs et plusieurs types de problèmes. D’abord, la forêt amazonienne, hostile, aux accès difficiles où vivent quelques populations complices ou victimes de l’orpaillage. Ensuite, les chercheurs d’or clandestins, les fameux « garimpeiros » à 90% brésiliens, qui eux sont parfaitement adaptés à ce milieu et qui opèrent à l’intérieur de la Guyane et même du Parc amazonien de Guyane : soit à partir de bases arrières, situées le long de la frontière du Suriname, soit à partir de campements cachés en foret. Et pour faire fonctionner cela, toute une organisation logistique, ravitaille principalement en pirogues les orpailleurs, à partir de magasins chinois installés sur la rive surinamienne, tout le long de la frontière et face aux principaux sites d’orpaillages en Guyane. Sans parler des pistes d’avions et des nombreux chemins que les orpailleurs font en forêt pour pouvoir transporter or et matériel en dehors des zones susceptibles d’être contrôlées.

La destruction

Les nuisances sont multiples, l’exploitation de l’or dégrade les fleuves, détruit la forêt, et affecte la vie des hommes. L’utilisation du mercure par les orpailleurs crée une pollution majeure qui au final se retrouve concentrée sur certains gros poissons carnivores, principale nourriture des populations locales qui ne trouvent plus de gibier suite à l’orpaillage. Les taux de contaminations au mercure des populations exposées font depuis longtemps état de niveaux bien supérieurs aux normes fixées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le Parc amazonien de Guyane créé pour préserver cette forêt et son exceptionnelle biodiversité n’arrive pas à se protéger de l’orpaillage.

De plus la forêt guyanaise, qui a déjà connu d’importantes vagues de violence avec des bandes armées est, au dire des populations locales, confrontée à une nouvelle montée de la peur face à la multiplication des crimes et des exactions entre orpailleurs. Aujourd’hui, l’utilisation des armes est fréquente et les Garimpeiros n’hésitent plus à tirer sur l’armée ou la gendarmerie, et la forêt connaît une nouvelle période de tension qui inquiète.

La réponse de l’Etat

Pour faire face au développement de cet orpaillage clandestin qui attire de nombreux aventuriers pauvres du Brésil, l’Etat mobilise d’importants moyens de lutte face à un phénomène qu’il peine à endiguer. Entre 500 et 700 gendarmes et militaires sont engagés sur le terrain avec l’aide de toutes les administrations concernées, des gros sites ont été démantelés et des opérations sont menées en permanence sur les camps des orpailleurs, sur les fleuves, dans la forêt. Pour Martin Jaeger, le préfet de Guyane la situation s’améliore : « En 2014 et en 2015 on a diminué de moitié les chantiers actifs dans la forêt et aujourd’hui on estime que l’on est à moins de 6 000 orpailleurs ». Un bilan que contestent de nombreux habitants qui dressent un constat différent comme le résume Tapinkili Anaïman, un élu amérindien qui travaille pour le Parc amazonien de Guyane. « Nous sur place, on voit que le nombre d’orpailleurs augmente de plus en plus et ça devient violent… le danger est là ».

La visite de Bernard Cazeneuve devra apporter des réponses nouvelles, l’une d’elles est probablement au niveau régional en travaillant avec les pays voisins, pourvoyeurs de « garimpeiros » et de services aux orpailleurs, qui transforment inexorablement tout un département d’Amazonie française.

(Ré)écouter Le Grand reportage : « Pour tout l’or de Maripasoula »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.