Accéder au contenu principal
France

France: après Calais, l'enjeu des intégrations dans les CAO régionaux

Le CAO de Loubeyrat (Puy-de-Dôme) a été incendié ce 24 octobre, jour de l'évacuation des migrants à Calais, peu avant donc que ce local soit occupé par les réfugiés.
Le CAO de Loubeyrat (Puy-de-Dôme) a été incendié ce 24 octobre, jour de l'évacuation des migrants à Calais, peu avant donc que ce local soit occupé par les réfugiés. Thierry Zoccolan / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le démantèlement de la jungle de Calais a débuté ce lundi. Les 6 à 8 000 personnes qui habitaient dans le plus grand bidonville de France vont être dispersées dans tout le pays, dans des centres d'accueil et d'orientation (CAO). Mais dans certaines communes, cela génère des tensions avec des riverains qui n'acceptent pas l'arrivée des réfugiés. Une nouvelle illustration : un CAO à Loubeyrat, dans le centre de la France, a été partiellement incendié.

Publicité

A Loubeyrat, le bâtiment qui doit accueillir le CAO était encore vide. Et pour cause, ce n'est que dans un deuxième temps, après le démantèlement de la jungle de Calais, que des réfugiés y prendront place. Il n'y a donc pas de victime à déplorer après la tentative d'incendie dont ce centre a été victime.

Une enquête a cependant été ouverte pour en retrouver les auteurs. Cet incendie à Loubeyrat, commune de 1 200 habitants, n'est pas le premier en France à viser un CAO. A Arrès, en Gironde, à Forge-les-bains, dans l'Essonne. Ces actes ne sont pas isolés et illustrent le refus catégorique de certains riverains d'avoir un centre d'accueil pour réfugiés dans leur voisinage.

Il y en a 451 répartis dans tout le pays. Ils doivent accueillir les milliers de personnes expulsées de la jungle de Calais. L'évacuation de ce bidonville a débuté ce lundi et devrait se poursuivre jusqu'à la fin de la semaine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.