Accéder au contenu principal
France/Economie

Grève à i-Télé: entre la rédaction et la direction, la situation reste bloquée

Jeudi 10 novembre novembre, les salariés d'i-Télé ont voté à 82% pour une nouvelle reconduction de la grève jusqu'à lundi 14 novembre.
Jeudi 10 novembre novembre, les salariés d'i-Télé ont voté à 82% pour une nouvelle reconduction de la grève jusqu'à lundi 14 novembre. REUTERS/Benoit Tessier
Texte par : Francine Quentin
4 mn

La grève se poursuit à i-Télé, la chaîne d'information du groupe Canal+. Elle entre lundi prochain dans sa 5e semaine, ce qui en fait l'une des grèves les plus longues de l'histoire de l'audiovisuel en France. Le gouvernement a rencontré les grévistes et va recevoir la direction de la chaîne pour tenter de sortir de l'impasse.

Publicité

L'arrivée de Jean-Marc Morandini sur la chaîne il y a un mois est l’étincelle qui a mis le feu aux poudres. Pour les grévistes, la présence à l’antenne de l’animateur, par ailleurs mis en examen pour corruption de mineurs aggravée, nuit gravement à l'image de la chaîne.

Plus globalement, les journalistes demandent l'instauration de règles éthiques dans l'entreprise faisant bien la part entre l'information, d'un côté, et le divertissement, de l'autre. Une distinction que n'opère pas la nouvelle émission de Jean-Marc Morandini, déjà rappelée à l'ordre par le CSA, pour manquements aux exigences d’honnêteté et de rigueur dans la présentation et le traitement de l’information.

Pour les journalistes de la chaîne, cela préfigure le projet de la direction pour l'avenir d’i-Télé. C'est pourquoi, en plus du départ de Jean-Marc Morandini, ils demandent à ce qu'un directeur de la rédaction, distinct du directeur de la chaîne, soit nommé, et que soient élaborés une charte éthique et un projet stratégique clair.

Le projet de la direction de Canal+

La direction de Canal+, détenue par le groupe Vivendi lui-même mené par le capitaine d'industrie Vincent Bolloré, ne se satisfait pas de voir l'audience de la chaîne d'info à 1% de part d'audience, loin derrière BFM TV. La chaîne aurait perdu 100 millions d'euros en 5 ans et on prêtait encore il y a peu à Vincent Bolloré l'intention de vendre tout bonnement i-Télé.

Désormais, la direction penche plutôt pour une chaîne rebaptisée Cnews, C comme Canal, proposant moins d'actualité chaude et plus « d'entertainment ». Le divertissement, les sports, la culture occuperaient de 10 à 20% du temps d'antenne. Pour l'instant, chacun campe sur ses positions et le gouvernement, bien que peu désireux de s'ingérer dans les affaires d'un groupe privé comme Canal+, tente néanmoins de favoriser une sortie de crise. Les journalistes d’i-Télé ont été reçus jeudi par la ministre de la Culture Audrey Azoulay, qui avec sa collègue Myriam El Khomri, ministre du Travail, recevra également lundi 14 novembre la direction de Canal+.

Les propositions de la direction pour en finir

La direction propose que le directeur de la chaîne soit entouré d'adjoints afin de traiter l'aspect rédactionnel des contenus. Par ailleurs, l'émission de Jean-Marc Morandini serait bien encadrée par la rédaction en chef et aucun journaliste n'aurait obligation de travailler avec lui. Mais, surtout, la direction engage les mécontents à s'en aller. Elle met en avant des indemnités de départ volontaire qui peuvent aller jusqu'au double de ce qui est conventionnellement prévu.

Et sur ce point au moins la direction rencontre un certain succès. Déjà plusieurs journalistes ont officiellement annoncé leur départ. Selon les grévistes, près du tiers de la rédaction serait partante, amputant gravement les capacités de production, si l'actuel directeur de la chaîne Serge Nedjar reste en place. Un mouvement de départ massif confirmé par les patrons d'autres médias audiovisuels qui déclarent recevoir chaque jour les offres de services de journalistes d’i-Télé.

Pendant ce temps, la chaîne continue de perdre de l'audience. Après avoir annulé la nuit d'information prévue pour les résultats de l'élection présidentielle américaine i-Télé stagne désormais, avec des rediffusions de ses programmes, à 0,3% de part d'audience.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.