France / Politique

France : Emmanuel Macron, «l'Européen»

Pour son premier meeting de campagne, le 10 décembre dernier, Emmanuel Macron a rassemblé entre 12 et 15 000 partisans.
Pour son premier meeting de campagne, le 10 décembre dernier, Emmanuel Macron a rassemblé entre 12 et 15 000 partisans. REUTERS/Benoit Tessier
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Emmanuel Macron publie dans Le Monde, dans l'édition datée du 3 décembre, une tribune consacrée à l'Europe et entame 2017 en mettant ce thème au coeur de sa campagne pour l'élection présidentielle. Une manière pour lui de marquer encore un peu plus sa différence avec ses adversaires, souvent critiques face aux institutions européennes.

Publicité

Défendre l'Europe n'est pas à la mode. Pourtant, Emmanuel Macron met un point d'honneur à le faire à chacun de ses meetings.

Le 10 décembre dernier, devant plus de 10 000 personnes réunies à Paris, il avait ainsi conclu deux heures de discours par une évocation vibrante de cette Europe qui protège face à la mondialisation. Il avait crié à la foule : « Nous aimons l'Europe, nous voulons l'Europe ».

Ce positionnement pro-européen, le candidat à la présidentielle le revendique comme une marque de fabrique dans une campagne pour la présidentielle où les autres candidats sont, selon lui, « des anti-européens, des eurosceptiques ou des eurosceptiques mollement convertis ».

S'opposer au repli national

Emmanuel Macron veut proposer une vision positive de l'Europe et parler des valeurs européennes tout en prenant en compte les inquiétudes des citoyens européens notamment face au risque migratoire ou au terrorisme.

Dans sa tribune publiée dans le quotidien du soir et intitulée « Nous sommes tous Berlinois, nous sommes tous Européens », il plaide, par exemple, pour le renforcement d'un corps de garde-frontières européens. Mais sans remettre en cause les accords de Schengen, comme certains le suggèrent à droite.

Car si le fondateur d'En Marche ! se positionne sur le créneau européen c'est aussi pour s'opposer au repli national.

En préemptant la thématique européenne, Emmanuel Macron se présente comme un antidote au FN, mais tente aussi d'appâter les électeurs du centre, traditionnellement europhiles.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail