France

France: manifestation à Paris à l’appel de l’association Droit au logement

Selon le DAL, il y aurait 5 millions de mètres carrés disponibles dans les bâtiments publics, qui pourraient être mis à disposition des sans-abris.
Selon le DAL, il y aurait 5 millions de mètres carrés disponibles dans les bâtiments publics, qui pourraient être mis à disposition des sans-abris. AFP/Joel Saget
Texte par : RFI Suivre
2 mn

« Un toit, c’est la loi », c’est derrière ce slogan que les 200 manifestants rassemblés devant l'Hotel de ville de Paris ont défilé samedi 14 janvier à l’appel de l’association Droit au Logement. Alors qu’une nouvelle vague de froid est attendue la semaine prochaine sur la capitale, le DAL dénonce toujours l’inaction des pouvoirs publics concernant la réquisition des logements vacants.

Publicité

« Dans la rue, on meurt ». Un cri d'alerte pour les manifestants qui dénoncent une nouvelle fois la situation des 900 000 sans-abris recensés en France par la fondation Abbé Pierre. Parmi eux, Francesca. Avec son père et ses trois enfants, elle est à la rue depuis le mois d'octobre.

« Quand on nous a expulsés, raconte-t-elle, les voisins, qui étaient bien gentils, nous ont hébergés. Ensuite, on a dormi à droite à gauche, un peu partout, avec les enfants, chez ceux qui voulaient bien nous héberger. On est devenus, après 15 ans dans un logement, des SDF, sans toit. Il fait froid, il y a des enfants, on ne sait pas où aller dormir. Pour l’Etat, je trouve que c’est la honte. »

Pour l'association Droit au logement, l'urgence est de réquisitionner les bâtiments inoccupés. Et pour Jean Baptiste Eyrault, son porte-parole, l'Etat et les collectivités doivent montrer l'exemple : « On constate qu’il y a des locaux vacants. Il faut les rouvrir, mettre le chauffage, et installer les familles et les personnes qui sont en difficultés avec un minimum d’encadrement. On sort les gens du froid et de la vie dans la rue qui est une vie terrible car on meurt à l’âge moyen de 47 ans. C’est-à-dire que c’est une forme de condamnation à mort de ces gens dans la rue. »

Selon le DAL, il y aurait 5 millions de mètres carrés disponibles dans les bâtiments publics, qui pourraient être mis à disposition des sans-abris.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail