Accéder au contenu principal
France

France: le plan Grand froid déployé en région parisienne pour les sans-abri

Les bouches d'aération du métro parisien sont une des rares sources de chaleur par grand froid, Paris le 16 janvier 2017.
Les bouches d'aération du métro parisien sont une des rares sources de chaleur par grand froid, Paris le 16 janvier 2017. MARTIN BUREAU / AFP
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Le froid s’installe en France, jusqu’au palais de l’Elysée où se tient ce matin (8h45) une réunion ministérielle consacrée aux mesures de prévention. Renforcement des maraudes, augmentation des places en centre d’hébergement dans le cadre du plan « grand froid », c’est en tous cas ce qu’à rappeler Bernard Cazeneuve mardi soir en visitant les équipes du Samu Social de Paris.

Publicité

Des téléphones qui sonnent sans répit alors que s’affiche en temps réel le nombre de places disponibles dans les centres d’hébergement. Plus les températures diminuent plus le centre d’appel du Samu Social de Paris est débordé. « On a beaucoup de demandes, ça a explosé aujourd’hui, témoigne Jean-Sébastien Daniel, responsable du 115 de Paris. Plus de 200 signalements de particuliers qui ont rencontré une personne sans abri ». Les Franciliens sont effectivement invités à appeler le Samu social lorsqu'ils croisent une personne sans-abri.

Augmenter les places d'hébergement

Dans le parking, les véhicules du Samu social sont rechargés : couvertures, trousses de soin… au total 12 équipes du 115 sont en permanence sur le terrain, renforcées par la Croix rouge, l’ordre de Malte et la Ville de Paris. Problème, raconte Michael l’infirmier, tous les partenaires ne jouent pas le jeu avec les personnes victimes d’exclusion. « On a des personnes qui ont des soucis de santé et on n’a pas un accueil inconditionnel actuellement dans les hôpitaux. On a rencontré des gens qui préféraient appeler le 115 que d’aller à l’hôpital parce qu’ils avaient peur d’être refoulés ! » Quand le gel du thermomètre s’ajoute à la froideur des cœurs et des regards…

► A (re)lire : France: une application au secours des SDF

Face au personnel du 115, le Premier ministre Bernard Cazeneuve plaide pour une nouvelle augmentation des places d’hébergements alors qu’au standard, le nombre des signalements de personnes à la rue ne cessent d’augmenter. « Il y a eu des places supplémentaires : c’est vrai que la nuit dernière on a réussi à mettre tout le monde à l’abri mais c’est un début. Là on est à -3° et ce week-end on sera à -6° », alerte Sandrine, gros bonnet et pull en laine.

Les centres d'hébergement d'urgence pas plébiscités

Il y a aussi ceux qui ne veulent pas aller dans les centres d’hébergement d’urgence. Bruit, promiscuité, vols, les motifs avancés sont variés. Cédric, nez rouge de clown sur le nez, comme un pied de nez au destin, a sur les genoux un petit chien emmitouflé et à ses pieds une assiette de croquettes et un gobelet pour les pièces. « J’ai les pieds, les os gelés… ». Mais Cédric n’ira pas dans un centre d’hébergement d’urgence parce que les animaux n’y sont pas admis. « Dans un gymnase, il y a 80 personnes et chaque minute il y en a une qui se lève pour aller aux toilettes, qui va faire du bruit, on ne peut pas dormir ! », témoigne un autre. Son voisin lui insiste sur les vols. Mais si le froid est extrême, les pompiers peuvent être amenés à héberger les sans-domicile fixe sans leur consentement.

Dormir tout habillé parce que tu enlèves ton pantalon et tes chaussures... le matin t'en as plus !

Ecoutez les témoignages de Cédric et de ses compagnons d'infortune recueillis dans les rues de Paris

Et le plan Grand froid devrait durer encore 7 jours en île-de-France.

le dispositif Grand froid sur le site du ministère des Affaires sociales

En maraude avec la Croix-Rouge dans Paris (photo d'illustration).
En maraude avec la Croix-Rouge dans Paris (photo d'illustration). Thomas SAMSON/Gamma-Rapho via Getty

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.