Accéder au contenu principal
Fillon / Medef

Dégressivité des indemnités chômage: le négociateur du Medef s'oppose à Fillon

François Fillon, lors d'un meeting à Chasseneuil-du-Poitou près de Poitiers le 9 février 2017.
François Fillon, lors d'un meeting à Chasseneuil-du-Poitou près de Poitiers le 9 février 2017. REUTERS/Stephane Mahe
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le négociateur du Medef pour l'assurance chômage s'est dit samedi 18 février « personnellement » contre la dégressivité des allocations, estimant la mesure « pas très efficace » et « socialement injuste ».

Publicité

Réduire progressivement l'allocation chômage pour inciter au retour à l'emploi ? Pour Alexandre Saubot, le négociateur du Medef dans les discussions en cours avec les syndicats sur l'assurance-chômage, cette mesure est loin d'être efficace et est socialement injuste. Car selon le syndicat représentant les employeurs français, cela pénaliserait en priorité les chômeurs les moins qualifiés, ceux qui retrouvent le plus difficilement du travail.

Par ailleurs, cette mesure en vigueur de 1986 à 2001 n'a pas fait la preuve de son efficacité, qu'il s'agisse d'une dégressivité par palier ou régulière. Espagne, Portugal, Italie, Belgique appliquent la dégressivité de l'indemnisation du chômage sans différence sensible sur le taux de chômage par rapport aux pays qui n'appliquent pas la dégressivité.

La mesure aurait donc essentiellement pour effet de réaliser des économies sur l'indemnisation. Mais selon l'institut Montaigne, elles seraient loin d'atteindre les 10 milliards d'euros par an avancés par François Fillon alors qu'il était candidat aux primaires de la droite pour l'élection présidentielle. Selon ce groupe de réflexion d'inspiration libérale, les économies seraient plus proches de 4 milliards d'euros.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.