Accéder au contenu principal
France

France: encore une petite fenêtre de tir pour un accord Hamon-Jadot-Mélenchon?

Si le ralliement de Yannick Jadot (à dr.) avec Benoît Hamon (au centre) est acté, un accord avec Jean-Luc Mélenchon (à g.) reste hypothétique.
Si le ralliement de Yannick Jadot (à dr.) avec Benoît Hamon (au centre) est acté, un accord avec Jean-Luc Mélenchon (à g.) reste hypothétique. JOEL SAGET / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La rupture n'est peut-être pas tout à fait consommée à gauche entre candidats à l'élection présidentielle. L'accord entre Benoît Hamon et Yannick Jadot a relancé la machine à tractations jeudi 23 février 2017. Le candidat socialiste et Jean-Luc Mélenchon ont repris leur pas de deux.

Publicité

La valse à mille temps dure maintenant depuis près d'un mois, depuis le soir de la victoire de Benoît Hamon à la primaire socialiste et l'annonce de sa volonté de discuter avec l'ensemble de la gauche, dont Jean-Luc Mélenchon et l'écologiste Yannick Jadot. Après des semaines de tractations plus ou moins publiques et d'annonces de ruptures plus ou moins définitives, les choses se sont accélérées jeudi 23 février.

Un accord Hamon-Jadot a d'abord été annoncé à la télévision. Le candidat d'Europe Ecologie-Les Verts se retire au profit du socialiste. Puis dans la foulée, toujours à la télévision, une nouvelle offre de discussion est proposée par le patron de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon. Discuter ? D'accord, annonce finalement Benoît Hamon ce vendredi matin chez nos confrères de France 2.

« Evidemment que je suis prêt à discuter avec Jean-Luc Mélenchon. Et que ce soit dimanche ou lundi, je m'organiserai d'une manière ou d'une autre pour que cette discussion ait lieu. Je lui propose même que nous puissions la faire avec Yannick Jadot. Si Jean-Luc Mélenchon le souhaite et veut y associer également les communistes, ce sera avec plaisir », assure le candidat du PS.

« Mais je souhaite que nous parlions de l'essentiel, ajoute Benoît Hamon. C'est la santé des Français, c'est le travail, c'est de ça dont on va parler. Parce que si l'accord, c'était écrire quelques lignes sur un coin de table pour s'arranger entre nous, ça n'aurait pas de sens. »

Restera un sujet à aborder : qui pour incarner une candidature unique ? C'est là tout le problème, M. Hamon s'estime en situation ; M. Mélenchon aussi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.