Accéder au contenu principal
France

Législatives 2017: le Front national se divise sur l'euro

Florian Philippot, ici lors du congrès du Front national, le 29 novembre 2014. (Photo d'illustration)
Florian Philippot, ici lors du congrès du Front national, le 29 novembre 2014. (Photo d'illustration) REUTERS/Robert Pratta
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Après l’échec de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle dimanche, le retrait de Marion Maréchal-Le Pen ce mercredi, voilà que certains cadres du parti s’écharpent sur un sujet sensible, la sortie de l’euro. Une idée controversée défendue bec et ongles par Florian Philippot, mais une idée de plus en plus contestée en interne, conséquence de la défaite de la présidentielle.

Publicité

C’est une petite phrase lâchée par Florian Philippot qui a mis le feu aux poudres. A la question « si le Front national ne défend plus la sortie de l’euro, restez-vous au FN ? » le vice-président du parti a répondu sans hésiter ce jeudi sur RMC : « Non, bien sûr que non. Je ne suis pas là pour garder un poste à tout prix et défendre l’inverse de mes convictions profondes ».

La menace a aussitôt provoqué une levée de boucliers en interne. C’est d’abord Nicolas Bay qui a taclé le conseiller de la présidente. « L’heure est à la mobilisation. On est à moins d’un mois aujourd’hui des élections législatives. C’est pas l’heure des états d’âme », a lancé le secrétaire général du parti.

Un premier recadrage suivi d’un second venu cette fois de Gilbert Collard. « Dire que si on n’est pas de votre avis on s’en va, ce n’est pas ma manière de me comporter. Moi si on n’est pas de mon avis, je prends acte de la décision et démocratiquement je me range à l’avis général. Ce serait quand même dommage que si on ne sorte pas de l’euro on sorte Philippot », a-t-il réagi sur RFI.

Pour le député FN, l’élection d’Emmanuel Macron a clos le débat sur le sujet. Selon lui, les Français ne sont pas prêts à sortir de l’euro. Un avis partagé par l’eurodéputé frontiste Bernard Monot. « Politiquement, il faut en prendre acte. Les Français ont rejeté en bloc cette sortie de l’euro et donc il faut en tirer des conclusions », dit-il.

Le débat sur cette question sensible ne fait que commencer au Front national. Un sujet qui pourrait bien créer à terme de profondes fractures entre partisans et opposants de la ligne Philippot.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.