France

France: le Nyansapo Fest, festival afro-féministe militant, fait polémique

Capture d'écran du site du collectif Mwasi annonçant le festival afroféministe Nyansapo.
Capture d'écran du site du collectif Mwasi annonçant le festival afroféministe Nyansapo. Capture d'écran mwasicollectif.com

La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé ce dimanche 28 mai qu’elle allait demander à la préfecture de police l’interdiction de la tenue en juillet du festival Nyansapo Fest. L’événement prévoit de créer des zones interdites à certaines personnes, en fonction de leur couleur de peau ou de leur sexe.

Publicité

Présenté sur son site Internet comme « un événement afro-féministe militant », le festival Nyansapo Fest devait se dérouler dans un bâtiment du XIe arrondissement de Paris, loué par la mairie de la capitale à une association.

Ses organisateurs ont prévu que les débats et les rencontres allaient se dérouler dans quatre espaces, dont le plus grand devait être réservé uniquement aux femmes noires. L’annonce du festival a rapidement fait réagir le Front national qui a dénoncé « un événement interdit aux Blancs dans les locaux publics ». La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme a déploré de son côté « que le combat antiraciste soit devenu un alibi de repli identitaire ».

La polémique s’est également emparée des réseaux sociaux. Certains internautes, qui défendent la tenue du festival, font remarquer que les hommes noirs sont aussi exclus d’un des ateliers du « Nyansapo » et qu’un espace y est ouvert à tous.

L’organisateur du festival, le collectif Mwasi, s’est déjà fait connaître l’année dernière à l’occasion d’un camp d’été dit « décolonial » et réservé aux non-Blancs. Celui-ci avait pu finalement se tenir dans un lieu privé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail