France

Législatives en France: perspectives inquiétantes pour la gauche à l'Assemblée

Jean-Luc Mélenchon se présente aux élections législatives à Marseille (ici début mai).
Jean-Luc Mélenchon se présente aux élections législatives à Marseille (ici début mai). REUTERS/Jean-Paul Pelissier

A quelques jours du premier tour des élections législatives, la gauche française est menacée d'être réduite à peau de chagrin dans la nouvelle Assemblée. Entre un Parti socialiste éclaté et une France insoumise en perte de vitesse, les projections sur le nombre de députés roses ou rouges à l’Assemblée nationale s’assombrissent.

Publicité

Il y aujourd’hui 284 députés socialistes. Ce chiffre pourrait être divisé par neuf dans la prochaine Assemblée, selon plusieurs sondages. Le parti majoritaire est à la veille d’une déroute historique. L’unité a volé en éclat et chacun joue désormais sa partition.

Il y a ceux qui veulent rentrer dans la majorité présidentielle, comme Manuel Valls, ceux qui veulent être « autonomes mais constructifs », selon la ligne officielle, et puis ceux qui veulent s’opposer au président, pensant déjà à l’après, comme Benoît Hamon, qui lancera un mouvement le 1er juillet prochain.

La stratégie de Jean-Luc Mélenchon a, elle, le mérite de la clarté : aucune alliance ni avec les socialistes ni avec les communistes. Mais elle est parfois mal comprise sur le terrain. Cette volonté hégémonique à gauche pourrait s'avérer perdante pour tous, déplore Bernard Cazeneuve : « Cette division va stériliser des terres en faisant élire la droite et l’extrême-droite », prédit l’ancien Premier ministre socialiste. « C'est le jeu de la terre brûlée », regrette un dirigeant communiste.

Jean-Luc Mélenchon repousse les critiques et s'estime légitimé par son score de 19,6% à la présidentielle. Bastien Lachaud de la France insoumise veut, lui, croire que « l’Assemblée qui sortira des urnes ne sera pas celle anticipée par les sondages ».

Le mouvement est actuellement crédité d'environ 12% des voix, loin des 19,6% récoltées par Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle. Le Parti communiste, de son côté, pense que paradoxalement il aura plus de députés qu'en 2012. Le parti espère « entre 12 et 15 députés », contre 7 actuellement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail