France

Attaque de Magnanville: un an après, «l’état de la menace reste le même»

Un véhicule du Raid après l'assaut donné à Magnanville, à l'ouest de Paris, vers minuit lundi 13 juin 2016.
Un véhicule du Raid après l'assaut donné à Magnanville, à l'ouest de Paris, vers minuit lundi 13 juin 2016. MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

Il y a un an, le lundi 13 juin 2016, vers 20h30, un policier avait été tué de plusieurs coups de couteau alors qu'il rentrait à son domicile de Magnanville, dans les Yvelines. L'épouse de la victime, fonctionnaire au ministère de l'Intérieur, avait été retrouvée morte. Leur fils, âgé de trois ans, a survécu à ce double meurtre. L'assaillant, Larossi Abballa, qui se revendiquait du groupe Etat islamique, avait été abattu par les hommes du Raid envoyés sur place.

Publicité

Pour Céline Berthon, secrétaire générale du Syndicat des commissaires Police nationale, l'émotion reste très grande car c'est la première fois que des policiers étaient assassinés à leur domicile. Elle explique que pour les policiers et leurs familles, la peur est permanente.

Aujourd'hui, un an après, malheureusement rien n'a changé...

Céline Berthon

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail