France: le gouvernement en séminaire «team building» ce week-end à Nancy

La photo de famille du gouvernement français en compagnie du président Macron, dans les jardins de l'Elysée.
La photo de famille du gouvernement français en compagnie du président Macron, dans les jardins de l'Elysée. REUTERS/Charles Platiau

Ce week-end à Nancy, Edouard Philippe et ses ministres se sont délocalisés pour une réunion de travail qui se tiendra avant le discours, devant le Congrès, du président de la République, lundi 3 juillet, à Versailles. Mais également avant la déclaration de politique générale du Premier ministre devant l'Assemblée nationale, le lendemain. Un séminaire qui a tout d’un week-end d’intégration.

Publicité

Alors que le Premier ministre juge « inacceptable » le dérapage de 8 milliards d'euros des dépenses publiques pointé par la Cour des comptes, ce séminaire devrait être l'occasion de tracer les « perspectives » de l'action gouvernementale. De l’école des beaux-arts à la préfecture, de diner en réunion, les ministres sont là pour faire du « team building » (souder les troupes), le vocabulaire anglo-saxon des sociétés privées.

Avec ce gouvernement qui veut diriger l’entreprise France, il va falloir s’y habituer. C’est en tout cas totalement la tasse de thé de l’ex-DRH et ministre du travail Nicole Pénicaut. « Toute équipe de direction ou toute équipe autour d’un projet a besoin de réfléchir ensemble comme toutes les entreprises. C’est vraiment une bonne idée. »

Et l’autre bonne idée du jour, disent les ministres, c’est la venue de personnalités dites inspirantes au diner gouvernemental; l’écrivain Erik Orsenna, et l’astronaute Thomas Pesquet. « Je vais leur raconter ma mission et voir peut-être les points communs entre une mission spatiale et diriger la France », lâche l’astronaute.

Selfies en cascade avec l’astronaute, sourires et plaisanteries au bar du TGV, le gouvernement est venu en train avec un ministre des Comptes publics qui offre des rafraichissements à ses collègues. Gerald Darmanin s’amuse : pas question de faire une note de frais, le pays n’a plus les moyens…

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail