France

France: les incendies en passe d'être maitrisés dans le Sud-Est

Un sapeur-pompier réconforte une sinistrée à Bormes-les-Mimosas, mercredi 26 juillet 2017.
Un sapeur-pompier réconforte une sinistrée à Bormes-les-Mimosas, mercredi 26 juillet 2017. REUTERS/Jean-Paul Pelissier
Texte par : RFI Suivre
9 mn

La plupart des feux sont en passe d'être maîtrisés dans le sud-est de la France où plus de 7 000 hectares de végétation ont brûlé en trois jours, mais les pompiers redoutent toujours des reprises malgré un vent qui a faibli. Les foyers d'incendie ont été « maîtrisés » dans les Bouches-du-Rhône et la situation est « plutôt favorable » à Bormes-les-Mimosas (Var), où plus de 10 000 personnes, dont de nombreux touristes, avaient été évacuées dans la nuit de mardi à mercredi, ont indiqué jeudi matin les secours après une nouvelle nuit de combat contre les flammes.

Publicité

Les conditions météo sont nettement plus favorables avec une carte de vigilance verte sur tout le pays en début de journée, un vent d'ouest de moindre intensité ayant succédé au mistral, mais les secours craignent des « reprises » en raison de la sécheresse. A Bormes-les-Mimosas, où toutes les collines étaient en feu la nuit précédente selon des témoins, l'incendie « n'est pas complètement fixé mais on est en train de gagner la partie », a indiqué à l'AFP le lieutenant-colonel Michaël Bernier de la direction de la sécurité civile.

« La situation a évolué dans le bon sens mais il y a des reprises liées à des rafales de vent », a-t-il précisé. Le feu a brûlé 1 600 hectares de forêt et maquis, selon un dernier bilan, mobilisant plus de 500 sapeurs-pompiers, dont certains venus en renfort d'autres départements.

Reportage avec les pompiers dans la forêt de Bormes

Des risques de reprises à Artigues

A Artigues, dans le Haut-Var, le feu est reparti fortement mercredi soir et n'est pas encore « maîtrisé ni fixé », selon les secours, qui évoquent « des risques de reprises dans la journée ». Il a brûlé 1.700 hectares. 400 pompiers et 100 véhicules sont sur place.

« Plus de 6 000 femmes et hommes » ont lutté depuis le début de la semaine contre les différents feux dans le Sud-Est et en Corse, selon Edouard Philippe, qui s'est rendu à Bormes-les-Mimosas mercredi soir. Après un survol de la zone sinistrée, le Premier ministre a rendu hommage à « l'engagement de l'ensemble des femmes et des hommes qui se battent contre le feu » et souligné « la remarquable coordination entre les services de l'Etat et les élus locaux ».

Aucune réintégration dans les maisons et campings prévue pour l'instant

A Bormes-les-Mimosas, dans le gymnase municipal, des centaines de personnes ont tenté tant bien que mal de se reposer dans la nuit de mercredi à jeudi, raconte notre envoyé spécial Pierre Olivier. Cela n’a pas été facile notamment à cause du bruit des ronflements, des enfants qui pleurent, mais aussi la chaleur emmagasinée pendant la journée.

L’ambiance n’était donc pas vraiment propice au sommeil, certaines personnes ont donc préféré sortir leurs lits de camp directement sur les pelouses autour du gymnase. « Ça rappelle le service militaire », constatait amusé ce matin un sinistré. Au réveil ce jeudi, les 350 personnes secourues dans ce gymnase ont été accueillies par la protection civile de la Croix-Rouge avec jus d’orange, café, croissant et affaires de toilette. Tous reconnaissent que s’ils n’ont pas vraiment fermé l’œil de la nuit, leur prise en charge depuis 24h est irréprochable.

On nous apporte vraiment beaucoup de choses à manger, à boire. C’est super bien organisé.

Le travail des secours salué

Pour l'instant, la mairie ne prévoit aucune réintégration dans les maisons et campings, car si le feu est circonscrit tout autour du centre d’urgence, il reste encore des fumeroles et quelques flammes. Par mesure de sécurité, tout le monde reste confiné dans le gymnase sans possibilité d’approcher des lieux de vacances. Si pour l’instant, les évacués se montrent compréhensifs et surtout très admiratifs du travail des pompiers, tous espèrent vraiment éviter une troisième nuit ici dans le gymnase.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail