Accéder au contenu principal
France

Zoo de Beauval: l’un des jumeaux pandas meurt peu après sa naissance

Photo de l'écran montrant la femelle panda Huan Huan après qu'elle a donné naissance à des jumeaux au zoo de Beauval, le 4 août 2017.
Photo de l'écran montrant la femelle panda Huan Huan après qu'elle a donné naissance à des jumeaux au zoo de Beauval, le 4 août 2017. GUILLAUME SOUVANT / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Huan Huan, la femelle panda prêtée par la Chine au zoo de Beauval, a donné naissance ce vendredi 4 août à deux bébés. Le premier, né à 22h18, est mort peu après.

Publicité

Cinq ans et demi après son arrivée au zoo de Beauval, Huan Huan a donné naissance ce vendredi à une progéniture aussi rare qu’attendue. La femelle panda prêtée avec son compagnon Yuan Zi par la Chine en 2012, a accouché de jumeaux.

Dès la première naissance, la mère a saisi son petit entre ses pattes pour le lécher, le prenant aussi dans sa gueule. « Le premier des bébés est vivant. Sa mère s’en occupe bien. Elle a un bon comportement. C’est une femelle primipare, c’est son premier petit », a commenté le directeur du zoo Rodolphe Delord. Souffrant de difficultés respiratoires, le bébé a cependant été rapidement récupéré par une des deux soigneuses chinoises venues superviser l’accouchement pour être placé en couveuse. Il est finalement mort peu après. « Il était bien trop faible pour survivre. Les soigneuses chinoises l'ont vu tout de suite », a déploré le directeur du zoo.

Le second, né quelques minutes plus tard, semble plus robuste. Immédiatement, Huan Huan s’est mise à s’en occuper. Il pèse 142,4 grammes, soit 21,4 grammes de plus que son jumeau mort. Il a également été placé en couveuse afin que les soigneurs nettoient le cordon, fassent ses premières selles et lui donnent du colostrum, le premier lait maternel riche en nutriments. Sa mère est devenue agitée quand son bébé lui a été retiré, mais selon le directeur du zoo, il devrait lui être rendu « très vite ».

Les instants qui suivent l’accouchement sont en effet déterminants. D’autant plus quand il s’agit d’une première mise à bas. La mère va-t-elle avoir un instinct maternel ? Saura-t-elle s’en occuper alors qu’elle n’a jamais pu observer d’autres le faire ? « On peut compter sur l’énorme expérience des experts chinois », note Aleksandra Vidanovski, porte-parole du zoo belge de Pairi Daiza où une femelle panda géante a accouché il y a un an.

Il faut ensuite surveiller l’évolution, vérifier qu’il a suffisamment à manger. « Le taux de survie des bébés pandas à la naissance étant très bas, on considère par tradition chinoise qu’il n’est en fait viable qu’à 100 jours. Jusque-là, il est surveillé 24 heures sur 24 », indique encore Aleksandra Vidanovski.

S’il parvient à franchir cette période cruciale, le bébé panda sera renvoyé en Chine à l’âge de deux ou trois ans, une fois sevré. Une cérémonie de baptême diplomatique est prévue d’ici là. Son nom lui sera donné par la première dame chinoise, tandis que Brigitte Macron, l’épouse du président français, en sera la marraine.

Huan Huan et Yuan Zi, prêtés pour dix ans au zoo de Beauval, doivent quant à eux rentrer dans leur pays d’origine en 2022. Leur arrivée sur le sol français avait marqué un réchauffement des relations diplomatiques entre Pékin et Paris, mises à mal lors des JO de 2008. En dehors de Chine, seuls 22 parcs zoologiques dans le monde possèdent des pandas.

(Avec agences)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.