France/Economie

France: la baisse des cotisations salariales va se faire «en deux temps»

Le ministère des Finances et du Budget a annoncé la baisse «en deux temps» des cotisations salariales.
Le ministère des Finances et du Budget a annoncé la baisse «en deux temps» des cotisations salariales. AFP / Loic Venance

Redonner du pouvoir d'achat aux salariés en réformant la CSG, la taxe de contribution sociale généralisée. C’est un engagement de campagne du président Macron. Bercy veut mieux répartir le poids de la protection sociale. En contrepartie d'une baisse des cotisations salariales, la CSG va donc augmenter de 1,7 point. Sauf que la hausse entre en vigueur dès le 1er janvier 2018 alors que la baisse des cotisations salariales se fait en deux temps. Un numéro d'équilibriste pour le gouvernement qui doit jongler entre obligations européennes et promesse présidentielle.

Publicité

Pour les 21 millions de salariés du privé, le financement de la protection sociale par le biais des cotisations  chômage et maladie représente environ 3,15% de leur salaire brut. Leur suppression permet de « redonner 7 milliards d'euros de pouvoir d'achat aux actifs », se félicite Bercy ce mercredi 23 août.

En contrepartie de cette baisse des charges, la CSG va augmenter d’1,7 point. Impôt au taux plus faible et proportionnel, il concerne tous les actifs mais aussi les retraités, les chômeurs et les revenus du capital. A priori c'est donc une bonne nouvelle, sauf qu'au nom de la rigueur budgétaire, les salariés sont priés d'attendre.

Le 1er janvier 2018, seule la hausse de la CSG va entrer en vigueur. Elle va immédiatement rapporter à Bercy 20 milliards d'euros. Quant à la baisse des cotisations salariales, elle « sera réalisée en deux temps ». La première dès le 1er janvier, légèrement supérieure à 1,7% pour encaisser la hausse de la CSG, et le reste à « l'automne 2018 ».

Le procédé rappelle la suppression de la taxe sur les dividendes, qui dans un premier temps, avait réjoui les grands patrons. Mais Bercy a rapidement songé à compenser cette disparition par de nouveaux prélèvements.

(Avec agences)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail