Gastronomie

Fête de la gastronomie: les produits, meilleurs alliés des bons plats

De nombreuses variétés de poires existent en France, pour la plus grande joie des chefs et de nos papilles gustatives!
De nombreuses variétés de poires existent en France, pour la plus grande joie des chefs et de nos papilles gustatives! pixabay/cc
Texte par : RFI Suivre
3 mn

C'est parti pour trois jours de fête en France ! Jusqu'à dimanche, on célèbre la gastronomie un peu partout en France. On pourra rencontrer des producteurs, des chefs, devenir vendangeur quelques heures dans le Vaucluse ou en Bourgogne, participer à une brigade pendant un service, goûter déguster découvrir ! Programme réjouissant et un thème qui l'est tout autant : cette année, la fête de la gastronomie plonge au cœur du produit.

Publicité

Le produit, meilleur allié d’un bon plat et de belles histoires. Prenez Guillaume Foucault, le chef une étoile du Pertica à Vendôme. Il a la poire pour obsession : « La France est l’un des quatre ou cinq territoires à avoir autant de poiriers de plein vent en quantité. La majorité a été quand même greffée avant la Révolution française et reste complètement oubliée dans les haies un peu à droite, à gauche. On est sur une diversité gustative absolument hallucinante. Voilà des parfums des fruits de la passion, d’autres de banane, d’autres de poivres du Sichuan sur un produit qui est parfaitement oublié depuis la révolution agricole. »

Qu'à cela ne tienne, avec la complicité d’une vigneronne, Guillaume a mis au point « un poiré avec la poire de Loup. Il ne faut pas le dire normalement, mais les anciens l’appelaient du "Champagne de poire". On l’a fait et effectivement, c’était vraiment la madeleine de Proust des mémoires locales. A le goûter, on n’est franchement pas sur un poiré, on est encore moins sur un cidre. On est sur quelque chose d’extrêmement fin. On se demande même comment les gens ont été amenés à ne plus en faire du tout. »

Une question désormais faisant partie du passé, la filière est relancée : « On a déjà des agriculteurs qui veulent en planter et regreffer les deux variétés locales parce que toutes ces variétés sont totalement autochtones - c’est-à-dire qu’à 30 kilomètres à côté, on n’en trouve déjà plus - recréer une économie, montrer que la qualité peut être aussi une typicité d’un terroir. On peut rendre fiers en fait les gens qui y cultivent et les gens qui y habitent. »

La poire, qui vient d'être sauvée, peut maintenant épouser la poudre de fromage de chèvre, faite à quelques kilomètres...

A noter

Depuis lundi, en ouverture de la Fête de la gastronomie, l'opération  « Tous au restaurant », 1 500 restaurants y participent. L’idée, c'est d'aller au restaurant à deux, mais de ne payer qu'un menu. L’opération se terminera le 1er octobre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail