France

Loi Travail: «la bataille n'est pas finie» pour Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon sur la scène érigée place de la République à Paris, samedi 23 septembre.
Jean-Luc Mélenchon sur la scène érigée place de la République à Paris, samedi 23 septembre. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Jean-Luc Mélenchon assure que 150 000 personnes sont descendues ce samedi dans la rue pour dénoncer ce qu'il qualifie de « coup d'Etat social », après la signature par Emmanuel Macron des ordonnances qui réforment le Code du travail. Les textes doivent entrer progressivement en vigueur dès la semaine prochaine, mais pour l'ancien candidat à la présidentielle arrivé quatrième au soir du premier tour, la rue peut encore faire reculer l'exécutif.

Publicité

Jean-Luc Mélenchon a appelé samedi les participants à la manifestation contre le « coup d'Etat social » d'Emmanuel Macron, à organiser dans les jours à venir des « casserolades » pour « empêcher de dormir » ceux qui les « empêchent de rêver ».

« En attendant le prochain signal qui arrivera sitôt qu'on connaîtra la date à laquelle les ordonnances repassent devant l'Assemblée nationale (...), nous-mêmes ferons des casserolades », a déclaré le député des Bouches-du-Rhône lors d'un discours place de la République à Paris, après un défilé qui a réuni selon La France insoumise « plus de 150 000 personnes » (30 000 selon la police).

« Vous allez amener des casseroles et faire le plus de bruit possible, là où vous croyez que c'est mieux de le faire », a enjoint Jean-Luc Mélenchon. « Vous nous pourrissez la vie et vous nous empêchez de rêver alors on vous empêche de dormir ! », a-t-il mimé.

Le chef de La France insoumise a également répliqué à Emmanuel Macron pour qui « la démocratie, ce n'est pas la rue » en soulignant que « c'est la rue qui a abattu les rois, les nazis, le plan Juppé et le CPE... » et que « la bataille n'est pas finie » sur la réforme du Code du travail malgré la publication des ordonnances au Journal officiel.

« Avant la ratification des ordonnances par le Parlement, je souhaite, avec les organisations syndicales, et nous sommes prêts à nous ranger derrière elles, une action forte et dense », a-t-il lancé en évoquant la possibilité de « déferler à un million sur les Champs-Elysées ». Ce n'est « pas qu'une bataille sociale, c'est une bataille républicaine », a-t-il fait valoir.

La manifestation de ce samedi s'inscrit selon M. Mélenchon dans la continuité des deux journées d'action organisées par la CGT les 12 et 21 septembre, mais avec un mot d'ordre plus large que les ordonnances réformant le Code du travail. « Tout le pays est appelé à la lutte », a ajouté le député, en appelant également à appuyer les mouvements des retraités le 28 septembre, et des fonctionnaires le 10 octobre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail