France / Madagascar

Privés d'escale, les passagers d'une croisière se rebellent

Les escales du Costa neoRiviera à Madagascar ont été annulées en raison de l'épidémie de peste sur l'île.
Les escales du Costa neoRiviera à Madagascar ont été annulées en raison de l'épidémie de peste sur l'île. Getty Images / Pierre-Yves Babelon

Les passagers d'un bateau de croisière dans l'océan Indien se sont rebellés après la suppression de plusieurs escale, dont une à Madagascar en raison de « l’épidémie de peste ».

Publicité

Au départ, pourtant, le programme était alléchant. Ce 26 octobre, les passagers du Costa neoRiviera embarquent à la découverte des îles Vanilles (Seychelles, Madagascar, Maurice et La Réunion). Les haut-parleurs diffusent une musique douce, un cocktail d’accueil les attend. Croisière de rêve en perspective.

Mais au bout de trois jours de mer, changement de cap. La première, puis la deuxième et la troisième escale à Madagascar sont finalement annulées en raison de l’épidémie de peste pulmonaire qui sévit sur l'île. Une partie des passagers laisse éclater son mécontentement et réclame un remboursement ou le report du voyage. Mais les responsables ne leur proposent qu'un dédommagement de 150 euros.

La police seychelloise intervient, certains passagers sont débarqués de ce que certains qualifient désormais de « prison flottante ». Cent cinquante euros, alors que le verre d’eau coûte 5 euros à bord, ce n’est pas assez, dénonce aujourd’hui Alain Jean, vendeur de fruits et légumes à La Réunion. Il espère toujours de Costa Croisière une plus grande compensation pour son voyage écourté.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail