France

Présidence LR: Laurent Wauquiez exclut toute alliance avec le FN

«La droite de retour», slogan inscrit sur le pupitre de Laurent Wauquiez, en meeting lundi 20 novembre à Paris.
«La droite de retour», slogan inscrit sur le pupitre de Laurent Wauquiez, en meeting lundi 20 novembre à Paris. REUTERS/Philippe Wojazer

Laurent Wauquiez poursuit sa campagne. A trois semaines du premier tour, le grand favori pour prendre la présidence du parti Les Républicains était en meeting à Paris lundi 20 novembre 2017. Devant plusieurs centaines de militants conquis, il a martelé sa grande idée : représenter une droite qui s'assume. Et en a profité pour répondre à Marine Le Pen.

Publicité

Laurent Wauquiez ne répond pas à ceux qui, en interne chez Les Républicains, s'inquiètent d'une campagne jugée droitière. Mais à Marine Le Pen, oui.

Estimant être d'accord sur plusieurs grands sujets, comme l'immigration et la sécurité, la présidente du Front national avait fait mine de s'étonner que le futur patron annoncé de la droite ne lui propose pas d'alliance.

« Je le dis une bonne fois pour toutes : tant que je m’occuperai de notre famille, des Républicains, il n’y aura jamais d’alliance avec Marine Le Pen », a déclaré l'ancien ministre lors d'un meeting dans la capitale.

« C’est vraiment un rideau de fumée »

Pas d'alliance, donc, mais une volonté assumée de parler aux électeurs du FN, « parce qu’il n’y a pas 35 % de fascistes et d’extrémistes en France ».

Du côté des militants, on opine du chef dans les rangs du meeting de Laurent Wauquiez : « il n’y a pas d’alliance avec le Front national », tranche une dame.

Mais on dénonce surtout une supposée obsession de la presse : « Je pense que les journalistes sont très contents d’essayer de trouver des incidents. C’est vraiment un rideau de fumée », considère un participant.

« Ce n’est pas nous qui irons ! »

Derrière le rideau de fumée se pose la question de l'union des droites. « Et pourquoi pas ? », répondent certains. Pourvu que ce soit le FN qui fasse un geste et pas l'inverse.

« Si le Front national veut se joindre à nous, parfait ! Mais ce n’est pas nous qui irons », estime un homme.

Laurent Wauquiez est titillé à sa droite, mais aussi à sa gauche, puisqu'un parti des « constructifs », devrait être lancé avant le 10 décembre, date de l’élection à la présidence Les Républicains.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail