France / Politique

France: un remaniement ministériel d'ampleur limitée

Benjamin Griveaux, jusqu'ici secrétaire d'Etat à l'Economie, est nommé porte-parole du gouvernement, le 24 novembre 2017.
Benjamin Griveaux, jusqu'ici secrétaire d'Etat à l'Economie, est nommé porte-parole du gouvernement, le 24 novembre 2017. REUTERS/Philippe Wojazer

On attendait le remaniement depuis une semaine, il est arrivé ce soir. Un remaniement de petite ampleur comme prévu et une confirmation sur le choix du nouveau porte-parole : c’est bien Benjamin Griveaux, un proche du chef de l’État qui est nommé. Delphine Gény-Stephann, une ingénieur, et le député PS de l'Ardèche Olivier Dussopt entrent au gouvernement. Christophe Castaner conserve son poste de secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement.

Publicité

Benjamin Griveaux promu porte-parole

Benjamin Griveaux en rêvait et aujourd’hui, il est bel et bien le porte-parole du gouvernement en remplacement de Christophe Castaner. Jusqu’ici secrétaire d’État à l’Économie, Benjamin Griveaux est donc promu porte-parole du gouvernement. Il ne cumulera pas ce poste avec une autre fonction ministérielle. Dans un tweet, il remercie les équipes de Bercy.

Âgé de 39 ans, Benjamin Griveaux est l’un des fidèles d’Emmanuel Macron et a joué un grand rôle dans la campagne présidentielle en étant le porte-parole d’En marche. Il avait été élu en juin député de Paris. Ce diplômé de Sciences Po et de HEC a commencé sa carrière politique au PS en 2003, comme conseiller de Dominique Strauss-Kahn, avant de se rapprocher d’Emmanuel Macron en octobre 2015.

Christophe Castaner reste au gouvernement

Chrisophe Castaner est maintenu à son portefeuille de  Il cumule donc ce poste avec la direction de La République en Marche. Si le départ de Christophe Castaner de son poste de porte-parole était attendu, son maintien à celui de secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement posait question ces derniers jours.

Le président Emmanuel Macron n’a pas cédé à la pression de ceux qui demandaient que Christophe Castaner abandonne tous ses porte-feuilles pour se consacrer uniquement au mouvement et a donc permis au nouveau délégué général d’En Marche de rester au gouvernement comme il le souhaitait.

Christophe Castaner, secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement.
Christophe Castaner, secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement. REUTERS/Philippe Wojazer

►Le député socialiste Olivier Dussopt entre au gouvernement

Olivier Dussopt est nommé secrétaire d’État auprès du ministre des Comptes publics et sera chargé de la Fonction publique. Âgé de 39 ans, il est député de l’Ardèche et est à la tête de l’Association des petites villes de France depuis 2014. En choisissant ce député socialiste pour venir travailler à Bercy aux côtés de Gérald Darmanin, ministre issu de la droite, Emmanuel Macron envoie un message politique.

Olivier Dussopt a déjà une solide expérience de terrain. Député socialiste de l'Ardèche depuis 10 ans et maire, il a soutenu Martine Aubry, puis a rejoint l'équipe de François Hollande en 2012. Il est enfin porte-parole de Manuel Valls lors des dernières primaires. C'est donc une belle prise à gauche, un signal aussi envoyé aux élus locaux puisque Olivier Dussopt est président des maires des petites villes de France.

En acceptant d'entrer au gouvernement, il « n'est plus membre du Parti socialiste », a déclaré vendredi soir à l'AFP le coordinateur du PS Rachid Temal.

Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre des Comptes publics, en charge de la Fonction publique
Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre des Comptes publics, en charge de la Fonction publique AFP/Ludovic Marin

Delphine Gény-Stephann, l’une des dirigeantes de Saint-Gobain, entre au gouvernement

Delphine Gény-Stéphann, 49 ans, est la surprise de ce remaniement. Elle prend en charge le secrétariat d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, où elle remplace Benjamin Griveaux.

Son profil n'est pas sans rappeler celui du président Macron. Elle a fait une grande partie de sa carrière dans le privé. Ingénieure et polytechnicienne, c'est l'une des dirigeantes de Saint-Gobain, groupe français de matériaux de construction. Elle est aussi administratrice du groupe Thalès. Elle connaît cependant bien les rouages du ministère de l'Economie, où elle a travaillé pendant plus de 10 ans, jusqu'en 2005, notamment à la direction du Trésor.

Delphine Gény-Stephann nommée secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, le 24 novembre 2017.
Delphine Gény-Stephann nommée secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, le 24 novembre 2017. Jean Chiscano/Saint-Gobain/AFP

Parité, équilibre droite-gauche et politique-société civile, le chef de l'Etat a respecté tous les ingrédients de sa recette pour composer le gouvernement.

Un gouvernement de moins en moins resserré

Emmanuel Macron a fait le choix de la stabilité gouvernementale. Le président Emmanuel Macron n'a pas saisi l'opportunité du remaniement rendu nécessaire par l'élection de Christophe Castaner à la tête d'En Marche pour modifier son équipe. La nomination de Benjamin Griveaux comme porte-parole en remplacement de Christophe Castaner, qui reste quand même secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, revient à remplacer un proche par un autre proche. Prime à la fidélité donc pour les portefeuilles très politiques du gouvernement.

Le chef de l'Etat aurait pu s'en tenir là, mais il a quand même profité de l'occasion pour nommer deux nouveaux secrétaires d'Etat et venir renforcer les équipes de Bercy, qui gère les grandes réformes du quinquennat. Avec la diminution du nombre de collaborateurs dans les cabinets et l'ampleur des réformes à mener, les équipes de Bruno Le Maire et Gérald Darmanin étaient en surchauffe. Ces nominations vont les soulager et permettre de gérer au plus près des dossiers sensibles notamment la Fonction publique avec Olivier Dussopt, un député socialiste - dont le PS s'est immédiatement désolidarisé - mais dont la nomination vise à envoyer un signal social alors que le chef de l'Etat est souvent accusé de mener une politique économique de droite.

Ce mini-remaniement revient en fait à un petit élargissement et rend le gouvernement de moins en moins resserré.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail