Nucléaire / France

L'ASN autorise la réouverture de la centrale nucléaire du Tricastin

Le réacteur Tricastin 2 doit redémarrer mercredi 6 décembre 2017.
Le réacteur Tricastin 2 doit redémarrer mercredi 6 décembre 2017. REUTERS/Michel Euler/Pool

EDF l'attendait, c'est chose faite : l'ASN, l'Autorité de sûreté nucléaire, a donné son feu vert à la réouverture de la centrale nucléaire du Tricastin, dans le sud-est de la France, à l'arrêt depuis fin septembre à cause d'une digue anti inondation jugée trop fragile. Les travaux de renforcement ont donc été réalisés, mais il y en a encore d'autres à prévoir.

Publicité

Cela faisait deux mois et demi que les quatre réacteurs de la centrale du Tricastin étaient à l'arrêt. Trois d'entre eux vont être relancés à partir de mercredi. L'Autorité de sûreté nucléaire est en effet satisfaite des travaux réalisés par EDF. Sur une digue, au nord du site, qu'il a fallu consolider pour éviter tout risque d'inondation.

L'opérateur s'est exécuté, mais c'est bien là le minimum, car la digue n'est pas encore au niveau des nouvelles règles en vigueur. Les règles dites post-Fukushima, adoptées à la suite de la catastrophe japonaise. De nouveaux travaux sont donc à prévoir dans les mois à venir.

L'urgence en tout cas, c'était de pouvoir relancer la centrale du Tricastin. A l'approche de l'hiver, EDF aura besoin de toute la puissance de son parc nucléaire pour que les Français puissent se chauffer.

L'an dernier, cela avait failli ne pas être le cas. On n'était pas passé loin de la pénurie. A l'époque, sur les cinquante-huit réacteurs français, neuf étaient à l'arrêt. Il en faudrait deux fois moins pour être sûr de passer l'hiver sans encombre.

(Re) lire : Nucléaire français: l'ASN confiante pour l'instant mais inquiète pour l'avenir

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail