France / Santé

Les Français globalement satisfaits de l'hôpital public, selon une étude

Service d'urgences de l'hopital Robert Ballanger à Aulnay-sous-Bois en région parisienne. (Photo d'illustration)
Service d'urgences de l'hopital Robert Ballanger à Aulnay-sous-Bois en région parisienne. (Photo d'illustration) BSIP/UIG via Getty Images

La Haute Autorité de santé a publié, mardi 19 décembre, les résultats de l'étude annuelle qu'elle mène depuis 2016 sur les hôpitaux et cliniques publics. Si globalement les malades apprécient l’hôpital public, ils soulèvent tout de même quelques points faibles qui méritent d'être améliorés.

Publicité

Globalement, les patients sont plutôt satisfaits de leur séjour en hôpital. 80 % des personnes interrogées ont une bonne opinion de l’institution, et 60 % recommanderaient même l'établissement où ils ont été hospitalisés. Cette satisfaction est au maximum sur la qualité de la prise en charge par les infirmiers et les aides-soignants. Plus de 9 malades sur 10 se disent très satisfaits de leur travail et leur ont attribué une note de 81 sur 100.

Les chirurgiens et les médecins viennent ensuite en seconde position avec un point de moins. Les patients se disent satisfaits du travail des médecins et des chirurgiens hospitaliers qui sont donc bien notés également, sans oublier l'écoute attentive, la réponse aux questions, la gestion de la douleur ou le respect de l'intimité, bien apprécié par les patients.

Quelques points négatifs demeurent

Les deux principaux points noirs qui apparaissent dans l'enquête sont les repas et la sortie de l'hôpital. Plus de la moitié des patients interrogés jugent médiocre la qualité des plats servis dans les hôpitaux. Des efforts sont à fournir concernant l’accueil et les chambres qui ont recueilli une note moyenne de 73 sur 100. L'autre aspect à améliorer, selon les patients, c’est l'organisation des sorties. Près d'un patient sur quatre juge les conditions de sortie mauvaises, et plus d'un sur trois affirme n'avoir pas été informé des signes ou complications devant l'amener à contacter à nouveau l'hôpital ou son médecin traitant.

La présidente de la Haute Autorité de santé, Dominique Le Guludec, a d'ailleurs reconnu que des progrès étaient à faire en matière d'accompagnement et de suivi médical après une hospitalisation. Des améliorations sont à faire également concernant l'accessibilité des établissements de santé, la température dans les chambres, ou le confort des patients en chambre double.

Pas d’amélioration

Tous critères confondus, les patients ont attribué une note de satisfaction générale quasiment identique à celle de 2016. On est passé de plus de 72 points l'année dernière à un peu plus de 73 sur 100 en 2017. Mais cette année, la Haute Autorité de santé s'est intéressée de plus près aux recommandations de bonnes pratiques pour voir si elles sont bien suivies ou pas. Par exemple, pour la prise en charge de l'accident vasculaire cérébral, la rapidité d'intervention est primordiale. Sur les 550 hôpitaux prenant en charge les AVC en 2017, seul un patient sur trois est arrivé dans les quatre heures suivant son AVC.

L'objectif de l'autorité de santé est d'arriver à les prendre en charge beaucoup plus rapidement pour éviter les décès ou les séquelles lourdes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail