Accéder au contenu principal
France

France: les maillots de foot amateur indésirables à l'Assemblée nationale

François Ruffin en maillot de foot à l'Assemblée, jeudi 7 décembre 2017.
François Ruffin en maillot de foot à l'Assemblée, jeudi 7 décembre 2017. capture d’écran / LCP / francetvinfo
Texte par : RFI Suivre
5 mn

L'abbé Pierre, député en soutane dans l’hémicycle, voilà une image que l’on ne pourrait plus voir aujourd’hui en France. Le bureau de l’Assemblée nationale a défini, mercredi 24 janvier 2018, de nouvelles règles vestimentaires pour les parlementaires. Ni voile dans l'hémicycle, ni t-shirts à message. En dépit des protestations de membres de l'opposition, leur tenue doit désormais être « neutre ».

Publicité

Fini « le port de tout signe religieux ostensible, d'un uniforme, de logos ou messages commerciaux ou de slogans de nature politique ». Une clarification des textes prise après une polémique survenue en décembre dernier. Le député France insoumise François Ruffin avait alors arboré un maillot de football du club amateur de l'Olympique Eaucourt, dans la Somme, pour dénoncer les montants astronomiques des transferts de joueurs. Il avait reçu une amende.

Jusqu'ici, aucune disposition réglementaire ne précisait la tenue vestimentaire que les parlementaires devaient porter dans l'hémicycle, seule étant demandée traditionnellement « une tenue respectueuse des lieux ». A présent, leur tenue « doit rester neutre et s'apparenter à une tenue de ville. Elle ne saurait être le prétexte à la manifestation de l'expression d'une quelconque opinion », selon l'instruction générale adoptée en bureau de l'Assemblée après de longs débats.

Les tenues traditionnelles, tel le costume polynésien lavalava du député Gauche démocrate et républicaine Moetai Brotherson, resteront autorisées. « Ce n'est pas un "dress code", parce que ça n'est pas une tenue codifiée et obligatoire », explique le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy (LREM), qui est à l'origine de cette évolution des textes régissant l'hémicycle. « On fixe un cadre et des limites (...) pour éviter toutes les provocations », ajoute-t-il.

L'épineuse question des signes religieux à l'Assemblée nationale

La présidence de l'Assemblée rappelle également que selon l'instruction générale, « dans l'hémicycle, l'expression est exclusivement orale » et « l'utilisation à l'appui d'un propos de graphiques, de pancartes, d'objets ou d'instruments divers est interdite ». Depuis leur élection, il est arrivé aux députés mélenchonistes de sortir des produits de consommation, des paquets de pâtes notamment, pour protester contre la baisse des aides personnalisées au logement.

Alors que les communistes dénoncent « l'idée même d'une neutralité des élus », « contraire à la liberté d'expression qu'ils tirent du suffrage universel », l'élue France insoumise Clémentine Autain considère que « le principe d'une réglementation » « d'arrière-garde » « n'a qu'un objectif, c'est de museler l'opposition ». En revanche, elle approuve l'interdiction des marques commerciales et surtout des signes religieux, qui irrite d'autres parlementaires.

Le nouveau cadre traite en effet la question des signes religieux, dans un palais Bourbon où ont siégé plusieurs hommes d'Eglise en soutane, l'abbé Pierre ou encore le chanoine Kir. A la fin du XIXe siècle, Philippe Grenier, converti à l'islam, portait pour sa part un burnous dans les travées. L'interdiction reprend les termes de la loi de 2004 pour les écoles, collèges et lycées publics. Porter une croix, étoile de David ou main de Fatima restera cependant possible dans l'hémicycle.

→ Écouter sur RFI : Dress code à l'Assemblée nationale (Le 7h15)

Sur l'espace public, n'importe qui a le droit d'exprimer son appartenance religieuse. Ça fait partie des fondements de notre république. Et là, on attaque ce fondement-là. Je suis catastrophé, je ne comprends pas cette position. Revenir sur ce principe de laïcité, au sein de l'hémicycle, là où le peuple français se réunit, c'est juste surréaliste dans une république laïque.

François Pupponi, député PS du Val-d'Oise

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.