Accéder au contenu principal
France

France: pour Nathalie Kosciusko-Morizet, la politique c'est fini

Nathalie Kosciusko-Morizet, photographiée à La Baule, le 4 septembre 2016.
Nathalie Kosciusko-Morizet, photographiée à La Baule, le 4 septembre 2016. REUTERS/Stephane Mahe
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Nathalie Koscisko-Morizet quitte la vie politique. L'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy va travailler dans le privé, pour la société Capgemini.

Publicité

« Nouveaux horizons ». Deux mots, pas plus, pour dire signifier son choix à celles et ceux qui la suivent sur Twitter, et une officialisation à l'Agence France-Presse. La rumeur de sa reconversion courait ces dernières semaines mais voilà plus de six mois que cette forte tête de la droite française s'était mise en retrait de la vie politique.

Il faut dire que l'ancienne ministre de l'Ecologie accumule les échecs depuis quatre ans : battue  aux municipales contre la sortante Anne Hidalgo en 2014, écartée de la direction de l'UMP par Nicolas Sarkozy en 2015, elle est ensuite sèchement battue à la primaire de la droite en vue de la présidentielle avec 2,6% des voix, pour enfin être balayée par la vague macroniste lors des législatives. Elle avait annoncé dans la foulée son intention de prendre du recul avec la vie politique nationale. Elle avait pourtant été parachutée dans une circonscription parisienne réputée facile à gagner. Incarnant une droite à la fibre écologique et sociale, son nom avait un temps cité comme une possible prise de guerre d'Emmanuel Macron lors de la constitution du gouvernement.

C'est finalement dans le privé que la Polytechnicienne de 44 ans aura des responsabilités. Elle rejoint Capgemini, une grande entreprise de services du numérique. NKM s'en va, et même loin... puisque c'est à New-York qu'elle va exercer son nouveau métier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.