Accéder au contenu principal
France / Culture

La famille Hallyday se déchire autour de l'héritage du chanteur

Laeticia Hallyday, aux côtés de Laura Smet et de David Hallyday lors des funérailles du chanteur le 9 décembre 2017 à Paris.
Laeticia Hallyday, aux côtés de Laura Smet et de David Hallyday lors des funérailles du chanteur le 9 décembre 2017 à Paris. Reuters

Plus de deux mois après la mort du chanteur, la question de son héritage a été mise au grand jour par ses enfants David et Laura Smet. Malgré de nombreuses donations du père, les deux aînés s’estiment « déshérités » au profit de Laeticia Hallyday. Récit d’une semaine au cœur d’une bataille familiale.

Publicité

Héritage Johnny, saison 1. Laura Smet a annoncé avec son frère David Smet qu'elle contestera devant la justice française le testament de son père. Le document confie l'ensemble des biens et des droits d'auteurs de la star à sa femme Laeticia Hallyday.

En France, la pratique est interdite, en théorie les enfants devraient recevoir 19% du patrimoine de leur père. Problème, le dernier testament a été rédigé à Los Angeles. Le texte est clair, d'après Le Point : « Je ne prends expressément aucune disposition dans ce testament à l'intention de mes enfants David et Laura » avait écrit Johnny Hallyday.

Pour David et Laura Hallyday, il s’agit de prouver que les biens de Johnny sont soumis à la loi en France car il est mort à Marne-la-Coquette. Il faudrait alors refaire le partage des biens, malgré le testament qui exclut cette partie des héritiers.

Un texte «surprenant»

Concrètement, l’héritage de la star est composé de plusieurs propriétés à Paris, de voitures de luxe et de motos de collection. On y trouve aussi des résidences secondaires comme à Los Angeles et Saint-Barthélemy. Deux villas sont estimées entre 10 et 15 millions d'euros à proximité du lieu où repose Johnny. Enfin, Laeticia Hallyday hérite des droits d'auteurs sur toute la production musicale de son mari, soit plus de 3 000 enregistrements.

Tous les membres de la famille se répondent par communiqué interposé. Laeticia Hallyday se dit « dégoutée » par le « déballage médiatique sur la succession de son époux » ces derniers jours. Le biographe de Johnny, Fabien Lecœuvre, ne s'étonne pas de cette exposition des tensions familiales à la lumière. Mais il trouve quand même ce testament « très surprenant ».

« Compte tenu de l’histoire familiale de Johnny - c’est un enfant abandonné – on ne peut que s’étonner de la teneur de ce testament », explique-t-il.

David et Laura ont reçu des donations

La thèse des deux enfants spoliés risque d'être mise à mal par la question des donations. Elle est évoquée par le testament de Los Angeles. En clair, David et Laura ont déjà reçu des sommes d'argent et des biens immobiliers du vivant de leur père.

Un appartement de 100 mètres carrés dans la très belle rue Bonaparte à Paris pour Laura Smet, et un versement mensuel de cinq mille euros depuis 2004 pour un total de 800 000€ à ce jour. Pour le fils, la moitié d'une résidence dans la luxueuse villa Montmorency dans le seizième à Paris a été évoquée. Une propriété estimée à 10 millions d'euros. Ce que conteste sa mère Sylvie Vartan, ancienne épouse de Johnny. Le feuilleton est donc loin d’être terminé.


L'héritage, une histoire de symboles

La répartition d’un héritage fait toujours appel à des questions symboliques. « L’héritage repose la question des origines, et réexamine les liens et les relations que le défunt a entretenus avec sa descendance », pour le professeur de psychologie clinique Patrice Cuynet. Autrement dit, la bataille dans la famille Hallyday n'est pas qu'une question d'argent.

« Je comprends les deux aînés, David et Laura, explique Fabien Lecœuvre, biographe historique de Johnny. Priver les enfants de tout droit moral, de droits d’auteurs, au-delà des seules questions d’argent, c’est incroyablement violent symboliquement. C’est pour ça qu’ils se battent ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.