Accéder au contenu principal
France / Justice

Dégradations de lignes SNCF: ouverture du procès du «groupe de Tarnac»

La police judiciaire à Tarnac, le 11 novembre 2008, trois jours après le sabotage de lignes TGV.
La police judiciaire à Tarnac, le 11 novembre 2008, trois jours après le sabotage de lignes TGV. AFP PHOTO THIERRY ZOCCOLAN
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Présentés en 2008 comme de dangereux terroristes d'ultra gauche, ils sont jugés ce mardi 13 mars, dix ans après les faits pour la dégradation d'une ligne SNCF. Le procès du groupe de Tarnac s'ouvre à la mi-journée à Paris. Parmi les huit prévenus renvoyés devant le tribunal figure Julien Coupat, présenté comme le théoricien du groupe. Mais ce procès risque surtout d'être celui des dérives de la police antiterroriste, tant l'accusation s'est effondrée au cours de cette longue instruction.

Publicité

Tarnac, c'est l'histoire, dit la défense, d'une instrumentalisation de la justice à des fins politiques. Et les avocats des 8 prévenus comptent bien faire de ce procès celui de la police. Alors ils ont appelé à comparaitre de nombreux témoins dont l'ex-ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie ou l'ancien procureur de Paris Jean-Claude Marin, tout en sachant que tous ne viendront pas s'expliquer.

Le 11 novembre 2008, trois jours seulement après le sabotage en région parisienne de lignes TGV, la police interpelle 20 personnes. Notamment à Tarnac, petit village de Corrèze, où vit une communauté libertaire. Neuf d'entre eux sont mis en examen dont leur chef présumé Julien Coupat.

Le groupe de Tarnac est présenté comme une cellule terroriste. Mais l'enquête va connaitre de sérieux ratés, et le 10 janvier 2017,  la Cour de cassation écarte définitivement la qualification terroriste. Un cuisant revers pour l'institution judiciaire.

Poursuivis pour association de malfaiteurs, Julien Coupat et trois de ses amis encourent 10 ans de prison, mais l'accusation est tellement fragile que le dossier Tarnac pourrait bien tout simplement s'effondrer à l'audience.

On a mis en examen et en détention des jeunes gens pour des infractions qui étaient criminelles, où pour certains ils risquaient la perpétuité, et aujourd’hui on les juge pour refus de prélèvement ADN. Ce qu’on va juger à partir d’aujourd’hui ce ne sont pas les prévenus ou l’affaire de Tarnac, ça va être l’instruction.

Jérémie Assous

► (Re) lire dans nos archives :

Poursuivi pour sabotage ferroviaire, Julien Coupat remis en liberté

Julien Coupat maintenu en détention

Julien Coupat reste en prison

Sabotage SNCF : une décision attendue aujourd'hui

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.