Accéder au contenu principal
Logement

France: fin de la trêve hivernale pour les précaires du logement

Manifestation contre les expulsions qu'accompagne la fin de chaque trêve hivernale devant la Chambre nationale des huissiers, Paris, mars 2011 (illustration).
Manifestation contre les expulsions qu'accompagne la fin de chaque trêve hivernale devant la Chambre nationale des huissiers, Paris, mars 2011 (illustration). DYLAN CALVES / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La trêve hivernale, période pendant laquelle les locataires ne peuvent pas être expulsés de leurs logements, prend fin ce 31 mars. Le 1er avril signifie donc le retour de l’angoisse pour beaucoup de familles qui, après le week-end de Pâques, risquent de se retrouver dehors.

Publicité

C’est un jour bien difficile pour de nombreux locataires en France. Près de 40 mille d’entre eux risquent d’être expulsés de leur domicile. Le plus souvent, parce qu’ils  n’ont pas pu, comme Nadine, payer leur loyer. « Mon problème a commencé il y a un an, nous explique Nadine. En fait, j’ai été malade et je n’ai pas pu payer mon loyer à temps. La dette a augmenté et j’ai eu un courrier du bailleur comme quoi je dois libérer la maison... là, je me sens délaissée. Je ne sais pas quoi faire ».

La situation de la famille Vittoriano est différente. Pas de dette, mais des ressources insuffisantes pour se loger dans le privé. Le propriétaire de leur appartement actuel souhaite reprendre son bien ce qui est son droit.

Mais pour Julie, son mari et leurs trois enfants, c'est un coup très dur. « Je vis avec la peur au ventre. Je ne sais pas où aller, je ne sais pas ce que je vais devenir, ce que mes enfants vont devenir… Je le vis vraiment comme une injustice, dans le sens où j’ai toujours respecté mes obligations de locataire. Je travaille, je paie des cotisations sociales… Malgré tout ça, il ne se passe rien. On n’a pas de logement et on arrive à la fin de la procédure et donc l’expulsion, effectivement, peut être imminente ».

Selon la Fondation Abbé PierHYPERLINK  "http://www.fondation-abbe-pierre.fr/publications.php?filtre=publication_communique" re, en 2016, plus de 15 mille ménages ont été expulsés de leurs appartements et près de 2 millions de personnes attendent, souvent depuis des années un logement social.

► à (ré)écouter: La fondation Abbé Pierre publie le 23e rapporta annuel sur le mal-logement

La fin de la trêve hivernale signifie aussi le retour à la rue de nombreux sans abris. Sur les 13 000 places d’hébergement d’urgence mobilisées cette année dans le cadre du plan hivernal, 5 000 vont être maintenues sur la décision du gouvernement mais les 6 000 restantes vont être fermées. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.