France / Politique française

Congrès du PS: premières fissures pour un nouveau départ

Olivier Faure, le nouveau premier secrétaire du PS, lors d'une séance de prise de vue au siège du parti, le 5 avril 208.
Olivier Faure, le nouveau premier secrétaire du PS, lors d'une séance de prise de vue au siège du parti, le 5 avril 208. JOEL SAGET / AFP

Le Parti socialiste (PS) en congrès à Aubervilliers, près de Paris, tente de se rassurer sur son avenir. Il s'agit donc de prendre un nouveau départ, avec un nouveau leader, Olivier Faure, officiellement investi premier secrétaire ce samedi 7 avril. Il s'exprimera dimanche pour le grand discours de clôture du congrès. En attendant, ce sont ses anciens concurrents à la tête du parti qui ont parlé mais il est difficile de s'entendre sur une même ligne.

Publicité

Ce Congrès est censé être celui du rassemblement, mais déjà des fissures apparaissent. Si tout le monde tape sur Emmanuel Macron, en revanche, le positionnement à adopter face à lui ne fait pas l'unanimité.

A la tribune, Emmanuel Maurel - qui incarne l'aile gauche du parti - appelle à une opposition totale et à un front commun à gauche contre la réforme de la SNCF. En clair, il appelle à participer à la grande manifestation du 5 mai, une initiative lancée par l'Insoumis François Rufin.

Un avis que partage Luc Carvounas. « Notre famille politique doit dorénavant être présente sur les photos de famille partout où la gauche se rassemble », a-t-il déclaré.

Stéphane Le Foll, lui, n'est pas du tout sur cette ligne. Le PS, qui est un parti de gouvernement, ne peut pas s'allier avec le reste de la gauche, surtout pas avec ceux qui ne sont que dans la contestation, explique-t-il. Ce serait contre nature. Ce serait également contre-productif, a déjà dit Olivier Faure. Politiser le mouvement social l'affaiblirait, a expliqué le premier secrétaire. Il devrait le redire dimanche, lors de son discours de clôture du Congrès.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail