France / Justice

Attaque de Magnanville: six personnes interpellées dont une policière

Un policier devant la maison du commandant de police du commissariat des Mureaux tué de neuf coups de couteau par un homme se revendiquant de l'Etat islamique à Magnanville
Un policier devant la maison du commandant de police du commissariat des Mureaux tué de neuf coups de couteau par un homme se revendiquant de l'Etat islamique à Magnanville REUTERS/Christian Hartmann

Nouveau rebondissement dans l'affaire du double meurtre de Magnanville. Six personnes ont été interpellées ce lundi matin. En juin 2016, un couple de policiers était assassiné à coups de couteau, sous les yeux de leur petit garçon, à leur domicile situé à 60 kilomètres de Paris. Le tueur, Larossi Abballa, abattu dans l'assaut des forces de l'ordre, avait revendiqué son acte au nom de Daech sur les réseaux sociaux. Parmi les interpellés, une policière et plusieurs personnes de son entourage.

Publicité

Elle est major de police des Yvelines. C'est une ancienne déléguée départementale du syndicat policier Alliance. En 2016, elle avait déjà fait l'objet d'une enquête de l'IGPN, « la police des polices » comme on l'appelle.

Elle avait hébergé une amie de sa fille, fichée S. Rien n'avait été retenu contre elle à l'époque. Sa fille et cette amie font d'ailleurs partie des personnes placées en garde à vue. Elles sont soupçonnées de radicalisation.

Trois femmes ont donc été interpellées et trois hommes. Deux ont été arrêtés à leurs domiciles, situés aux Mureaux et à Mantes-la-Jolie dans les Yvelines. Le troisième est déjà mis en examen dans une affaire de filière terroriste. Il est incarcéré pour ces faits et a été extrait de sa cellule de prison.

Les 6 suspects ont tous été conduits dans les locaux de la SDAT, la sous-direction antiterroriste, à Levallois-Perret, haut-lieu du renseignement français. Les enquêteurs vont maintenant tenter de savoir si ces personnes ont pu aider d'une manière ou d'une autre le tueur de Magnanville à choisir ses cibles. Trois personnes proches du meurtrier sont déjà mises en examen dans cette affaire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail