France / Esclavage

Esclavage: une Fondation pour la mémoire à l' Hôtel de la Marine

27 avril 2018: commémoration de l'abolition de l'esclavage au Panthéon: le président Macron, ici entouré d'élèves, a annoncé que l'Hôtel de la Marine accueillera bien la Fondation pour la Mémoire de l'esclavage.
27 avril 2018: commémoration de l'abolition de l'esclavage au Panthéon: le président Macron, ici entouré d'élèves, a annoncé que l'Hôtel de la Marine accueillera bien la Fondation pour la Mémoire de l'esclavage. Thibault Camus/Pool via Reuters

A l'occasion de la célébration du 170è anniversaire de l'abolition de l'esclavage au Panthéon, le président de la République a fait plusieurs annonces dont la plus attendue est sans doute la mise en place d'un lieu de commémoration de cette partie de l'histoire dans la capitale française. La Fondation pour la mémoire de l'esclavage sera donc créée cette année, à l'Hôtel de la Marine, ce lieu même où fut signé le décret abolissant l'esclavage le 27 avril 1848 par Victor Schoelcher.

Publicité

Ecoutez le reportage de notre envoyée spéciale à la cérémonie du Panthéon

La création d'une Fondation pour la mémoire de l'esclavage, avait été annoncée en 2016 par François Hollande. Il appartient donc à son successeur de concrétiser la promesse. La fondation sera « créée cette année », a assuré Emmanuel Macron. Elle sera présidée par l'ex-Premier ministre socialiste Jean-Marc Ayrault, également ancien maire de la ville de Nantes, ville qui a fondé en partie sa prospérité sur la traite.

La Fondation pour la mémoire de l'esclavage « sera logée à l'Hôtel de la Marine où l'abolition de l'esclavage fut décrétée le 27 avril 1848 », par Victor Schoelcher, a encore affirmé le chef de l'État au Panthéon. Elle permettra de consolider le travail de mémoire engagé avec le Mur des Noms « pour lequel nous avons trouvé une place aux Tuileries, ce qui est une manière aussi de montrer qu’il y a des vies, des biographies, des personnes derrière cette réalité, ces chiffres ».

à (re)lire le dossier de RFI Savoirs sur l'abolition de l'esclavage

Emmanuel Macron: «Je souhaite qu’on puisse mettre en réseau toutes les archives et les lieux que nous avons sur le territoire national qui correspondent à cette histoire»

Autre lieu de mémoire, le Mémorial ACTe à Pointe-à-Pitre [inauguré par François Hollande le 10 mai 2015] auquel le chef de l'Etat a rendu hommage et promis un soutien accru de l'Etat: « un lieu absolument sublime qu'il m'a été donné de voir » a déclaré Emmanuel Macron au micro de RFI.

L'idée est de mettre tous ces lieux et toutes ces archives en réseau pour nourrir la mémoire. « Il n'y a pas de récits interdits dans le récit national. Il n'y a pas de douleurs oubliées dans la mémoire nationale. Mais le passé ne doit pas nous entraver. Il doit au contraire nous éclairer et nous guider », a ajouté le chef de l'Etat.

Accompagné notamment par Christiane Taubira, à l'origine de la loi du 21 mai 2001 de reconnaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité, et ancienne ministre de la Justice, M. Macron s'est également recueilli dans la crypte du Panthéon. Il a choisi d'honnorer plus particulièrement les tombeaux de ceux qui se sont battus contre l'esclavage comme Nicolas de Condorcet (1743-1794), l'abbé Grégoire (1750-1831) ou encore Victor Schoelcher et Félix Eboué.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail