Justice / Travail

Suicide d'un salarié: l'enseigne de grande distribution Lidl condamnée en France

Un magasin de hard discount Lidl à Clichy-sur-Seine, en banlieue parisienne.
Un magasin de hard discount Lidl à Clichy-sur-Seine, en banlieue parisienne. AFP/Patrick Kovarik

Le tribunal des affaires de sécurité sociale de Marseille a estimé que l'enseigne de grande distribution Lidl avait commis une faute inexcusable dans une affaire de suicide. Il y a deux ans, Yannick Sansonetti, employé du groupe, s'était donné la mort sur son lieu de travail à la suite de harcèlement moral et d'une charge de travail trop lourde.

Publicité

Il y a deux ans, Yannick Sansonetti était retrouvé pendu sur son lieu de travail. Ce responsable technique de Lidl s'était suicidé dans un entrepôt du groupe dans le sud de la France.

Ce drame avait connu un écho médiatique et politique. L'émission de France 2 Cash Investigation l'avait ainsi cité en exemple pour dénoncer les méthodes managériales qui brutalisent les employés.

Procédure pénale

Plus tard, le groupe parlementaire France insoumise présentait une proposition de loi pour la reconnaissance des pathologies liées au burnout comme des maladies professionnelles.

En reconnaissant la faute inexcusable de Lidl dans cette affaire, le tribunal des affaires de sécurité sociale de Marseille considère que les pratiques managériales du groupe ont bien poussé Yannick Sansonetti au suicide. Sa famille dénonce par exemple des pressions de sa hiérarchie couplées à des objectifs inatteignables.

Cette décision ouvre la voie à des dommages et intérêts versés à la famille de Yannick Sansonetti. Elle donne également plus de poids à une autre procédure en cours contre Lidl, devant la justice pénale cette fois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail