Accéder au contenu principal
France

Sexisme et politique: Ségolène Royal règle ses comptes dans un livre

Ségolène Royal, lorsqu'elle était ministre de l'Ecologie sous François Hollande.
Ségolène Royal, lorsqu'elle était ministre de l'Ecologie sous François Hollande. Charles Platiau/REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 min

Le nouveau livre de Ségolène Royal, Ce que je peux enfin vous dire (Ed. Fayard), sort ce mercredi 31 octobre en librairie. Un manifeste féministe et écologiste dans lequel l'ancienne finaliste à la présidentielle de 2007 égratigne les « mâles blancs hétéros » et témoigne des difficultés et des humiliations qu'elle a subies dans sa carrière politique parce qu'elle est une femme.

Publicité

Ségolène Royal brise le silence de toutes ces années de machisme et de sexisme. Des souvenirs et des blessures qu'il a parfois été difficile à évoquer, dit-elle. Mais après le mouvement #Metoo, elle a voulu elle aussi témoigner.

« Le plus dur je pense c'est d'être mise en cause dans son intelligence, d'être traitée de folle, de quelqu'un d'incontrôlable, d'un espèce de trublion qui va perdre ses nerfs, la Une de Libération avec "La gauche bécassine"... énumère l'ancienne candidate à la présidentielle ce mercredi sur France Inter. Et au fond j'ai repris les attaques de mon camp, parce qu'on peut penser qu'avec les adversaires c'est la règle du jeu - même s'il y a des attaques qui sont insupportables - mais dans son propre camp je pense qu'aucun homme politique n'a connu cela. »

Règlement de compte politique

Si l'ancienne ministre règle ses comptes avec le passé, elle lance aussi ses piques à ses adversaires d'aujourd'hui. Emmanuel Macron, par exemple, qu'elle met en garde contre l'autoritarisme et l'exercice solitaire du pouvoir. Sur les impôts, il refait les mêmes erreurs que François Hollande, estime-t-elle.

Autant de critiques pour mieux préparer l'avenir ? Ségolène Royal pense en effet à être tête de liste aux élections européennes. « C'est vrai que je suis aujourd'hui sollicitée. Je vais regarder, je vais écouter et on verra au mois de janvier », répond-t-elle. Son idée : mener une liste rassemblant PS, écologistes et société civile. Les tractations sont ouvertes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.