Accéder au contenu principal
France / Politique

France: le soutien engagé mais solitaire de François Ruffin aux «gilets jaunes»

François Ruffin, député de la France insoumise, à l'Assemblée nationale.
François Ruffin, député de la France insoumise, à l'Assemblée nationale. AFP/Christophe Archambault
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En France, le mouvement des « gilets jaunes » donne une nouvelle occasion à François Ruffin de se démarquer à gauche. Le député France insoumise de la Somme est l’un des premiers à avoir affiché son soutien au mouvement. Cette semaine, il a décidé de mener l’offensive à Paris, avec une réunion publique le 27 novembre dans une école de la capitale, pour défendre une « France périphérique qui se soulève » et une participation, ce 29 novembre au soir, à une manifestation place de la République. L’insoumis n’hésite pas à la jouer solitaire.

Publicité

Le sourire est un peu crispé sur le visage d’Alexis Corbière lorsqu’il est interrogé sur la nouvelle idée de François Ruffin : se joindre à Paris ce 29 novembre
au rassemblement de « la fête à Macron » pour tenter de rallier les Parisiens à la fronde des « gilets jaunes ».

L'initiative est soutenue par son collègue insoumis député de Seine-Saint-Denis, mais du bout des lèvres. « Je passerai, bien sûr, déclare Alexis Corbière. C'est un travail que je soutiens et que François a élaboré avec nous et il a raison de la faire. On en a parlé en groupe et voilà. »

►Champs contre Champs : les gilets jaunes prêts à manifester à Paris

Même ambivalence du côté du député insoumis Ugo Bernalicis, qui insiste sur le fait que si l’initiative est bonne, elle n’est qu’une parmi beaucoup d’autres au sein de la France insoumise. « Je suis content que François fasse cela, mais il y en d'autres qui font d'autres initiatives qui visent à élargir la mobilisation des gilets jaunes », déplore-t-il.

François Ruffin n’en finit plus de monter au créneau sur les gilets jaunes, son étiquette de la France insoumise bien rangée au placard : manifestation à leurs côtés sur les Champs-Elysées le 24 novembre, lettre ouverte adressée au président Emmanuel Macron en début de semaine, participation à une réunion dans une école parisienne le 27 novembre. Sans jamais une référence à la France insoumise. De quoi commencer à faire de l’ombre à son leader Jean-Luc Mélenchon.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.