Accéder au contenu principal
France / Politique

D'après Mediapart, Alexandre Benalla voyage avec un passeport diplomatique

Alexandre Benalla, le 19 septembre 2018 au Sénat, à Paris.
Alexandre Benalla, le 19 septembre 2018 au Sénat, à Paris. REUTERS/Charles Platiau
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Nouvelle révélation dans l'affaire Benalla et son mystérieux voyage au Tchad. Mediapart affirme que l'ex-chargé de mission continue de voyager avec un passeport diplomatique qu'il aurait par ailleurs obtenu trois semaines après son éviction de l'Elysée en mai dernier. Un nouveau mauvais coup porté à Emmanuel Macron alors que l'Elysée affirmait mercredi encore que  Benalla « n'était ni un émissaire officiel ou officieux de la Présidence de la République ».

Publicité

Les voyages d'Alexandre Benalla depuis qu'il a quitté le cabinet d'Emmanuel Macron causent bien des remous. Sa visite au Tchad, dix jours avant celle du chef de l'Etat, avait poussé l'Elysée à lui demander des explications. La réponse de l'intéressé était simple, il s’agissait d’un voyage d'affaire privé.

Une défense mise à mal par les révélations de Mediapart ce jeudi 27 décembre. Alexandre Benalla voyageait en effet avec un passeport diplomatique. Il l'a utilisé pour se rendre en Israël et dans plusieurs pays africains. Un précieux sésame qui lui avait été remis trois semaines après sa mise à pied.

Le Quai d'Orsay aurait réclamé ces passeports en juillet

Il a donc omis de le rendre après son licenciement malgré ce qu'il affirmait devant la commission d'enquête du Sénat en septembre dernier. Alexandre Benalla déclarait alors avoir laissé le document dans son bureau à l’Elysée.

Le ministère des Affaires étrangères le lui avait pourtant réclamé en juillet ainsi qu'un deuxième passeport. Une injonction qui n'a donc pas été suivie d’effet et à la suite de ces révélations, le Quai d'Orsay se réserve le droit de donner des suites judiciaires à l'affaire.

Déjà empêtré dans la crise des « gilets jaunes », Emmanuel Macron semble désormais avoir le plus grand mal à couper court à une nouvelle « affaire Benalla ». Les tribulations de son ancien chargé de mission au Tchad, désormais reconverti en consultant d'affaires n'en finissent pas à nouveau de défrayer la chronique, alors que L'Elysée pourtant ne ménage pas ses efforts pour tenter de prendre de la distance.

La résurgence d'une nouvelle « affaire Benalla »

Mercredi, Patrick Strzoda, le directeur de cabinet du président, a ainsi sommé Alexandre Benalla de s'expliquer sur « d'éventuelles missions personnelles et privées » qu'ils auraient menées pendant ses fonctions à l'Elysée menaçant même l'intéressé de possibles poursuites

Les révélations de Mediapart sur ces voyages effectués à l’aide d’un passeport diplomatique viennent un peu plus encore alimenter la suspicion sur les liens que  Benalla aurait gardés avec la présidence.

A quelques jours de ses vœux télévisés, allocution au cours de laquelle le chef de l'Etat espérait reprendre la main et relancer son quinquennat, cette  résurgence d'une possible « affaire Benalla » brouille à nouveau l'image du président déjà en très grande difficulté politique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.