France / Elections européennes 2019

Elections européennes: une liste «gilets jaunes» pourrait rebattre les cartes

Le Rassemblement national et La France insoumise envisagent d'ouvrir leur liste aux «gilets jaunes».
Le Rassemblement national et La France insoumise envisagent d'ouvrir leur liste aux «gilets jaunes». ©REUTERS/Benoit Tessier

Près d’un Français sur deux est favorable à une liste « gilets jaunes » aux Européennes. C’est le résultat d’un sondage Harris Interactive. Vu les difficultés du mouvement à se structurer, l’hypothèse paraît encore lointaine, mais elle pourrait bien rebattre les cartes.

Publicité

« " Gilets jaunes " ou pas, à la fin, c'est nous qui gagnons, et c'est ça le plus important. » Officiellement, la perspective d'une liste « gilets jaunes » aux  Européennes n'inquiète pas le Rassemblement national. Le sondage Ipsos testant l'hypothèse a pourtant été finement analysé dans les couloirs du parti d'extrême droite en décembre dernier. Et pour cause : si liste il y avait, elle aurait alors recueilli 12% des voix. Des voix qu'elle prendrait essentiellement au Rassemblement national - qui perdrait 3 points - et à La France insoumise.

Du coup, dans le parti de Jean-Luc Mélenchon, on désamorce : « une liste " gilets jaunes " c'est peu probable », écrit Adrien Quatennens. « Parce que les " gilets jaunes " ont compris qu'une liste servirait d'abord et avant tout le parti d'un président dont ils demandent la démission », estime le député Insoumis.

« Gilets jaunes » ou pas, le score de La République en marche resterait effectivement le même selon l'institut Elabe.

Pour éviter cette redistribution des cartes, le Rassemblement national et La France insoumise affûtent leur stratégie et envisagent d'ouvrir leur liste aux « gilets jaunes ».

Au Rassemblement national on ne croit toutefois pas beaucoup à cette hypothèse. « Ils n'ont déjà pas réussi à choisir des représentants pour rencontrer l'exécutif, je ne vois pas bien comment ils pourraient monter une liste », tacle un cadre.

Ces listes "gilets jaunes" porteraient un discours extrêmement critique sur Emmanuel Macron...

Bruno Cautrès, politologue, chercheur au CEVIPOF- Centre de recherches politiques de Sciences-Po.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail