France

Les «gilets jaunes» font les frais du changement de règles de Facebook

Des «gilets jaunes» rassemblés au Puy-en-Velay, dans le département de la Haute-Loire, le 17 novembre 2018.
Des «gilets jaunes» rassemblés au Puy-en-Velay, dans le département de la Haute-Loire, le 17 novembre 2018. Thierry Zoccolan / AFP

Depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », les groupes Facebook sont un outil essentiel pour faire circuler les informations et coordonner les actions. Cependant, ces derniers jours, les effectifs de ses groupes fondent comme neige au soleil. Certains « gilets jaunes » ont crié au complot, accusant Facebook de censurer le mouvement. En réalité, le réseau social a simplement changé ses règles de comptage.

Publicité

Un million de membres en moins sur le groupe Facebook intitulé « Compteur officiel de gilets jaunes », 50 000 membres perdus pour « la France en colère » d'Eric Drouet… Ces derniers jours, les groupes de « gilets jaunes » font les frais d'une nouvelle méthode de comptage.

Les administrateurs avaient été prévenus

L'entreprise de Mark Zuckerberg assure que les administrateurs avaient été prévenus de cette mesure : désormais les utilisateurs ne peuvent plus faire entrer un de leurs contacts dans un groupe Facebook sans l’autorisation de ce dernier, ce qui était possible auparavant.

Le réseau social a donc décidé d’exclure des groupes Facebook existants toutes les personnes qui avaient été placées dans un groupe mais n’y avait jamais participé. Ces utilisateurs fantômes, qui ont reçu une invitation, ont moins d'un mois pour valider leur adhésion à tel ou tel groupe.

Plus de transparence pour Facebook ?

Sous le feu des critiques après de nombreux scandales en Europe et aux Etats-Unis, accusé également de gonfler artificiellement son audience, Facebook cherche ainsi à aller vers plus de transparence.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail