France

«Gilets jaunes», acte XI: des milliers de personnes à nouveau dans la rue

L'acte XI des «gilets jaunes», place de la République, samedi 26 janvier 2019.
L'acte XI des «gilets jaunes», place de la République, samedi 26 janvier 2019. RFI / Ninan Wang

Rester unis, visibles et audibles dans la rue. Alors que le gouvernement français tente depuis dix jours de canaliser les colères à travers un « grand débat national », l'acte XI du mouvement des « gilets jaunes » a commencé ce samedi 26 janvier à Paris et sur l'ensemble du territoire. Nouveauté cette semaine : plusieurs appels ont été lancés pour que la mobilisation s'étende à la nuit.

Publicité

Article mis à jour au fil des dernières informations disponibles. Rafraîchir la page

Divisés sur l'opportunité de présenter une liste aux élections européennes de mai prochain, faisant face à un exécutif qui regagne en popularité et multiplie les initiatives, les « gilets jaunes » ont entamé l'acte XI de leur mobilisation ce samedi. Au moins 22 000 manifestants ont été comptabilisés par le ministre de l'Intérieur dans toute la France, dont 2 500 à Paris.

Dans la capitale, quatre défilés distincts ont été déclarés en préfecture, dont trois censés rejoindre la place Bastille à partir de l'avenue des Champs-Elysées, de la place de la Nation et de l'Hôtel de Ville d'Ivry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne.

A ce qui parait le mouvement s'affaiblit, mais on sait que c'est pas vrai. Par exemple on a vu qu'on a plus de monde par rapport à l'année dernière, avant les fêtes.

Un «gilet jaune» dans un cortège parisien

A 10h, heure de Paris, quelques dizaines de participants étaient déjà réunis sur les Champs-Elysées, sous le regard des journalistes, de touristes mais aussi de blindés de la gendarmerie, à quelques pas des enseignes de la célèbre avenue, où quelques commerces ont ouvert prudemment leurs portes. A la mi-journée, les participants se comptaient plutôt par centaines lorsque le cortège s'est élancé des Champs-Elysées.

A la mi-journée toujours, à l'un des autres points de départ de la marche censée converger vers la place de la Bastille, plusieurs centaines de « gilets jaunes » se sont également mis en marche, à partir de la place de la Nation, donc. Des participants chantaient l'hymne national, La Marseillaise, a constaté notre envoyé spécial sur place, Olivier Rogez. Des personnes étaient également présentes dans l'après-midi à République.

Heurts

De premiers incidents ont éclaté place de la Bastille vers 16h. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène et d'un canon à eau pour repousser des manifestants qui leur jetaient des projectiles et s'appropriaient du matériel de chantier dans la rue Saint-Antoine, à proximité de la place.

De nouvelles salves de lacrymogènes ont été tirées peu avant 16h30. Les forces de l'ordre ont procédé à plusieurs interpellations, selon l'Agence France-Presse (AFP).

A Montpellier, des incidents ont éclaté vers 17h devant la préfecture. Des manifestants ont lancé canettes et bouteilles et un policier a été blessé d'une entaille par un « jet d'engin pyrotechnique », a indiqué la préfecture, qui fait état d'une interpellation. Les forces de l'ordre ont fait usage de jets d'eau pour repousser le cortège.

Des violences ont également été signalées à Nantes, Quimper, Evreux, Toulouse ou encore Dijon, indiquent des médias locaux.

Pour la première fois, les forces de l'ordre dotées de lanceurs de balles de défense (LBD) étaient équipées de caméras-piétons.

« Nuit jaune »

Les « gilets jaunes » ont réfléchi à de nouvelles stratégies. Après 17h, des centaines de manifestants se sont rendus place de la République pour une « nuit jaune ». Ce lieu emblématique de Paris avait déjà accueilli en 2016 les rassemblements citoyens du mouvement « nuit debout ». Une figure du mouvement, Eric Drouet, a relayé l'appel.

Plusieurs évènements nocturnes sont également prévus dans d'autres villes en France ce samedi soir, par exemple à Montpellier dans l'Hérault, ou Oloron-Sainte-Marie dans les Pyrénées-Atlantiques. La ville de Dunkerque, dans le Nord, s'était lancée la première vendredi soir.

Des projets de chaînes humaines ont été lancés sur Facebook. Plusieurs doivent rallier Versailles dimanche, notamment depuis Hendaye (Pyrénées-Atlantiques) et Châteaulin (Finistère). Une « marche solidaire aux "gilets jaunes" des territoires éloignés » s'est aussi déroulée au départ du ministère des Outre-mer ce samedi.

C'est la misère qu'on voit, c'est la misère qui nous pousse à venir ici. La misère sociale, la misère financière...

A Paris, Mouss participe à sa dixième mobilisation hebdomadaire

Scepticisme sur une liste aux élections européennes

Sur l’opportunité de présenter ou non une liste aux prochaines élections européennes, l’initiative d’Ingrid Levavasseur et Hayk Shahinyan ne rencontre pas beaucoup d’échos dans les rues de Paris. Une grande majorité de personnes interrogées estiment qu’il ne faut pas mélanger les genres.

« La revendication sociale n’est pas l’action politique », disent beaucoup de « gilets jaunes », qui veulent rester un mouvement contestataire et refusent ce qu’ils perçoivent comme une récupération politique.

C'est une erreur totale, tous les «gilets jaunes» sont d'accord là dessus. Je regardais les comptes-rendus qui étaient donnés par les «gilets jaunes» qui vont à Commercy, à l'assemblée des assemblées, aucun groupe n'est d'accord avec ça

Rémy pense que lancer une liste aux élections européennes est une erreur

Dans la Meuse, une « assemblée des assemblées »

Des collectifs venus de toute la France se retrouvent ces samedi et dimanche à Sorcy-Saint-Martin, près de Commercy dans la Meuse, pour une « assemblée des assemblées », un week-end de « coordination nationale démocratique », selon les mot employés par Steven, l'un des porte-parole des « gilets jaunes » locaux, à l'origine de l'événement.

Soixante-quinze groupes venus de toute la France, soit « 250 à 300 personnes », sont annoncés dans la salle des fêtes de la localité, une après-midi consacrée aux débats qui traversent le mouvement : ses revendications, sa poursuite, sa structuration, sa participation ou non au « grand débat national » du gouvernement et aux européennes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail