Nucléaire

Nucléaire: de Rugy signe le «projet de territoire» pour l'après-Fessenheim

La centrale de Fessenheim, la plus ancienne des centrales française, située à quelques kilomètres de l’Allemagne et de la Suisse, devrait être fermée d’ici 2020.
La centrale de Fessenheim, la plus ancienne des centrales française, située à quelques kilomètres de l’Allemagne et de la Suisse, devrait être fermée d’ici 2020. ®REUTERS/Vincent Kessler/File Photo

Vendredi 1er février, le ministre de la Transition écologique François de Rugy s’est rendu dans le Haut-Rhin pour la signature du « projet de territoire de Fessenheim ». La centrale de Fessenheim, la plus ancienne des centrales françaises, devrait être fermée d’ici 2020. Cette fermeture va amener une mutation économique et sociale de la région. Le projet de territoire a donc pour ambition d’anticiper cette mutation.

Publicité

Le projet de territoire présenté par le ministre de l’Ecologie se déroule sur quatre axes : créer des emplois, améliorer la mobilité entre la France et l’Allemagne, faire du territoire un modèle de transition énergétique et d’innovation par la création d’une société d’économie mixte franco-allemande. Mais les quelque 2 500 emplois en jeu seront-ils vraiment compensés ?

« Le projet de territoire tel qu’il est présenté à l’heure actuelle ne répond pas aux attentes, estime Jean-Luc Cardoso, délégué CGT à la centrale de Fessenheim. Il n’y a pas les emplois à la clef. Ça va être catastrophique pour les familles des agents mais aussi pour les familles des prestataires. Parce qu’il y en a déjà aujourd’hui qui ont démissionné par anticipation pour ne pas se retrouver en même temps que tout le monde sur le marché du travail. »

L’une des clés de la transformation est la création d’un parc d’activités transfrontalier au bord du Rhin, avec des conditions fiscales et sociales présentées comme « attractives » par le projet d’avenir.

Pourtant, Jean-Luc Cardoso, de la CGT, y voit un risque pour les travailleurs. « C’est le fait de faire un no man’s land socialo-financiero-économique du secteur du Haut-Rhin débordant sur l’Allemagne. Parce que là on va pouvoir y employer des salariés avec des contrats de travail qui vont relever d’autres juridictions dans des conditions financières et sociales qui ne sont pas acceptables. »

Les syndicats demandent donc à être étroitement associés à la transformation du territoire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail