Accéder au contenu principal
France, Agriculture et Pêche,

Salon de l'Agriculture, bienvenue à la ferme digitale

Le salon international de l’Agriculture se tient du samedi 23 février au dimanche 3 mars 2019.
Le salon international de l’Agriculture se tient du samedi 23 février au dimanche 3 mars 2019. REUTERS/Mike Sturk/File Photo

L'agriculture est devenue le domaine privilégié des technologies du numérique comme le démontre cette année encore, la 56e édition du salon international de l'Agriculture de Paris.

Publicité

Qui a inventé l'agriculture ? Certainement des chasseurs-cueilleurs du paléolithique qui avaient remarqué qu'en lâchant une graine sur le sol, elle donnerait une nouvelle plante. Considérant plus pratique de récolter leur nourriture sur place plutôt que de courir après les mammouths, ils décidèrent de planter des choux. La suite de l’histoire on la connait, l'agriculture s’est mondialisée et il est impossible de faire machine arrière.

En 2050, il nous faudra produire 70% de nourriture en plus, sinon notre monde courra à la famine. C’est la raison pour laquelle le pavillon Agri'4.0 au salon International de l'Agriculture de Paris, expose le nec plus ultra des solutions numériques destinées au monde agricole.

De nombreuses innovations permettent déjà aux agriculteurs d’allier compétitivité, respect de l’environnement et de meilleures conditions de travail. Néanmoins, sans la gestion paneuropéenne des flux de données que délivrent en permanence les filières agricoles et agroalimentaires, cette « révolution verte » high-tech et connectée ne pourra pas se développer, estime Sébastien Picardat, directeur d’API-AGRO, une plateforme d’échanges d’informations des activités du monde rural. « Une vision du numérique agricole partagée nécessite une confiance entre les acteurs ainsi qu'une sécurité technologique, dit-il. Elle exige également de réaffirmer le besoin de la souveraineté européenne des données agricoles afin de développer de l’innovation et de la compétitivité dans les territoires et les filières ».

Faciliter le travail des agriculteurs au quotidien

Des fermes high-tech qui fonctionneront en mode collaboratif et en réseau deviendront la norme des futures exploitations. Ce seront des fermes de vie où il fait bon travailler et dans lesquelles l’agriculteur deviendra le community manager de sa ferme.

Ce numérique champêtre s’adresse également aux éleveurs avec de nouveaux dispositifs de reconnaissance visuelle permettant, par exemple, d’identifier à distance chaque animal dans un troupeau. Des capteurs d'infrarouges embarqués sur des drones relèvent leur température corporelle pour surveiller leur santé. Des systèmes de reconnaissance vocale détectent les cris de détresse des bêtes en difficulté.Sans oublier ces robots qui encouragent les poules élevées en liberté à pondre dans un nichoir.

Une nouvelle « révolution verte » qui serait irréalisable sans l'assistance de programmes d’analyses intelligents en ligne, afin d'optimiser les cultures et les élevages, tout en respectant, du moins on l’espère, notre terre nourricière.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.