France

De la Méditerranée à l'océan Indien, le «Charles-de-Gaulle» part en mission

Le «Charles-de-Gaulle» s'apprête à croiser sur plusieurs mers du globe.
Le «Charles-de-Gaulle» s'apprête à croiser sur plusieurs mers du globe. Christophe Simon/Pool via REUTERS

Le Charles-de-Gaulle, l'unique porte-avions nucléaire français a quitté les chantiers de Toulon, dans le sud de la France, en novembre dernier après dix-huit mois de travaux, et repart ce mardi 5 mars en mission en Méditerranée, puis en océan Indien, et dans la zone Asie-Pacifique.

Publicité

Ce sont des zones prioritaires pour la diplomatie française. Accompagné de ses navires d'escorte, il croisera au large du Moyen-Orient pour s'intégrer aux opérations contre l'Etat islamique, avant de participer à plusieurs exercices. Durant ce déploiement qui se terminera en juillet prochain, il naviguera aussi de concert avec plusieurs bâtiments de guerre étrangers. Depuis les voyages en Inde et en Australie du président Emmanuel Macron, la France cherche à ancrer sa présence dans cette région du monde, le passage du porte-avions devrait y contribuer.

Trois dimensions à ce déploiement

D'abord une dimension opérationnelle : le Charles-de-Gaulle et son escorte mettent le cap sur la Méditerranée orientale au large du Moyen-Orient, de mars à avril. Par le passé, le navire amiral français et ses avions de combat ont déjà participé aux opérations au-dessus de l'Irak et de la Syrie. A bord, la ministre des Armées, Florence Parly, confirmera la participation du groupe aéronaval aux actions de la coalition. Direction ensuite la mer Rouge, via le canal de Suez, jusqu'à Bab El-Mandeb, la Corne de l'Afrique et les côtes yéménites, l'une des zones stratégiques les plus chaudes de la planète.

Deuxième dimension de ce déploiement : soutien à l'exportation d'armement (Soutex) ; les avions du Charles-de-Gaulle participeront à l'exercice naval franco-indien « Varuna » à l'heure ou l'armée de l'Air indienne achète des Rafale fabriqués en France.

Enfin, dernière dimension : exercice de « diplomatie navale » en Asie-Pacifique. Sans aller jusqu'en mer de Chine - zone troublée sur fond de dispute territoriale avec Pékin -, le porte-avion et son équipage feront escale à Singapour et un navire australien sera intégré au groupe aéronaval français.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail